La Sabam a créé copypix.be, un guide pratique on line sur les droits d'auteur

BRUXELLES On se souvient de la sortie de Bart Somers, bourgmestre de Malines, demandant aux infographistes de sa commune d'effacer les représentations de l'Atomium des illustrations utilisées à l'occasion d'une exposition menée dans le cadre du cinquantenaire de l'Expo '58. Le président de l'ASBL Atomium Henri Simons avait crié au scandale. L'utilisation de l'image de l'Atomium suscite en effet de nombreuses interrogations.

25.000 € par an

Pour mémoire, sachez que l'image de l'Atomium appartient à l'ingénieur Waterkeyn et à ses ayants droit. Le concepteur de ce qui constitue aujourd'hui le symbole de la Belgique avait fait mention, dans le contrat signé à l'époque, de droits d'auteur sur l'Atomium, ceci alors que le cristal de fer devait être détruit dans les mois qui suivaient l'Expo '58. Il n'en fut rien. Et il se dit qu'aujourd'hui, la famille Waterkeyn reçoit environ 25.000 euros par an en droits d'auteur.

Ces droits sont gérés par l'ASBL Atomium, qui a mandaté la Sabam pour la perception. En clair, la Sabam est chargée de vérifier si on utilise l'image de l'Atomium. À utilisation ou demande d'utilisation, la Sabam soumet le dossier à l'ASBL, qui détermine si l'utilisateur doit payer et combien.

De l'aveu du directeur de la communication de la Sabam Thierry Dachelet, la question des droits d'auteur est d'une rare complexité. Selon ses informations, l'ASBL Atomium devrait être plus tolérante cette année, envers les particuliers en tous les cas.

De façon plus générale, la Sabam a créé, en collaboration avec les agences photos du pays, un site Internet, véritable guide pratique des droits d'au- teur en matière d'image. Une brochure papier sera prochainement distribuée.

Infos : www.copypix.be.



© La Dernière Heure 2008