Après avoir atteint un niveau historique le mois dernier, le nombre d’enfants toujours sur liste d’attente pour sécuriser une place en première secondaire à la rentrée de septembre a retrouvé des niveaux dans la norme, selon des chiffres fournis lundi par la Commission interréseaux des inscriptions (Ciri). Ainsi, au 7 juillet dernier, 870 élèves en Fédération Wallonie-Bruxelles étaient encore "sans école", contre 901 à pareille époque l’an dernier.

À Bruxelles, où la situation est toujours la plus tendue, le nombre d’élèves sur liste d’attente s’établit à présent à 625 (contre 639 l’an dernier au même moment). Il y a un mois, ils étaient encore 913. Le nombre de places encore disponibles dans la capitale est de 937, dans 46 écoles.

En Brabant wallon, 59 élèves sont toujours sur liste d’attente (47 l’an dernier), mais il y reste 424 places dans 21 écoles. Dans le reste de la Wallonie, on dénombre encore 186 élèves en attente d’une place (215).

"Après plusieurs semaines de tension importante particulièrement à Bruxelles, le contexte est aujourd’hui globalement similaire aux années précédentes", commente la Ciri lundi. Celle-ci se dit toutefois bien consciente que la situation reste "problématique et difficile à vivre pour l’ensemble des enfants et parents concernés par une position en liste d’attente en ce début des vacances d’été".

Pouvoir d’injonction

La Ciri a réussi à réduire le nombre d’enfants sur liste d’attente en utilisant son pouvoir d’injonction en ajoutant une place supplémentaire dans 80 % des classes des écoles déclarées complètes. Selon la Ciri, la situation devrait se désengorger dans les mois à venir. Un certain nombre d’établissements vont en effet encore créer des places ou des classes. Une série d’élèves qui n’ont pas réussi leur CEB vont par ailleurs s’inscrire en première différenciée, et donc se désinscrire de la 1re commune, ce qui devrait libérer des places pour ceux encore sur liste d’attente.