BRUXELLES On espère que certains axes principaux de nos grandes villes ne deviennent pas dangereux depuis que la marque Manix y a déployé des affiches mettant en avant sa gamme de préservatifs. À Bruxelles, le visuel est placé pont Van Praet et suscite des ralentissements. Compréhensible, quand on s'attarde sur cette affiche XXL. On peut y voir deux corps nus en plein acte sexuel. Bien que les points de jonction entre l'homme et la femme aient été floutés, une idée se dégage. Le message, en gros, c'est : nos produits vous procurent tellement de sensations qu'ils vous permettront de ne faire plus qu'un avec votre partenaire. D'atteindre la plénitude. D'où le slogan : Get closer (Rapprochez-vous). Manix appartient au groupe Ansell, numéro 1 mondial de la protection à usage unique. "Après avoir parlé de protection, Manix a voulu se positionner autrement, sur le thème de la finesse", dit Jean-Marc Bloch, directeur Marketing et Communication chez Manix. La finesse, qui passe par les sensations, pour que l'acte sexuel reste un plaisir avant tout. "On est là pour apporter du bien." Lorsque la marque a débarqué en Belgique, en 2000, elle s'est heurtée à un concurrent de taille, Durex. À côté, de plus petites marques vivotaient. Toujours est-il qu'aujourd'hui, le challenger détiendrait déjà 15 % du marché contre 75 % pour Durex. Manix souhaite donc continuer dans cette voie. Ce qui explique la campagne. Fin mai, début juin, celle-ci prenait la forme d'affiches verticales placées dans les campus universitaires. Depuis la mi-juillet, place à la toute grande affiche, une par grande ville. "Ce n'est pas de la provocation gratuite, tempère M. Bloch. Même si on sait que ce visuel ne passera pas inaperçu."

Pas étonnant que le Jep, le Jury d'éthique publicitaire, ait reçu une plainte. "Après avoir demandé le point de vue de l'annonceur, nous avons admis que le visuel avait un lien direct avec le produit et que le message était cohérent, indique Piet Jaspaers, le président du Jep. Raison pour laquelle le Jep a estimé que cette campagne n'offensait pas la décence."



© La Dernière Heure 2008