Les deux principales confédérations syndicales du pays, la CSC chrétienne et la FGTB socialiste, ont approuvé ce mardi matin l'accord social conclu avec les employeurs le 8 juin. Cet accord porte notamment sur une hausse par étape du salaire minimum, sur des aménagements des fins de carrière et la possibilité pour les employeurs de recourir aux heures supplémentaires fiscalement avantageuses.

Cette approbation n'est cependant pas acquise largement, tant à la CSC qu'à la FGTB, où les votes des différentes centrales ont été très partagés. La CSC signale qu'elle approuve l'accord mais ne peut pas encore confirmer le résultat précis du vote. Le camp du oui dépasserait à peine les 50%.

À la FGTB, le camp du soutien à l'accord ne l'emporte que de quelques centièmes de pourcents, selon Le Soir: 49,06% des votants ont approuvé l'accord social, 49,01% l'ont rejeté et 1,92% se sont abstenus.

De son côté, la CGSLB a approuvé l'accord social à 88%.