Des cadavres de poissons pourraient s’accumuler sur les plages de la côte belge dans les prochains jours, avertit l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique (IRSNB). Les poissons pourraient en effet être victimes d’une pollution causée par la multiplication inhabituelle d’une espèce de plancton qui peut être observée à la Côte depuis ce week-end.

"Le samedi 15 août, des taches ont été signalées aux gardes-côtes comme une source potentielle de pollution. Après inspection par différents services, il est apparu clairement qu’il s’agissait d’une prolifération inhabituelle d’une espèce de plancton unicellulaire. La masse en décomposition pourrait entraîner un manque d’oxygène qui pourrait à son tour entraîner la mort de poissons", explique Kelle Moreau, responsable de la communication à l’IRSNB.

La tache causée par le plancton devrait encore rester plusieurs jours au large. "Selon les modèles que nous avons établis en fonction des courants marins et de données météorologiques, la tache morte devrait rester le long de la Côte encore plusieurs jours et se rapprocher encore davantage. Il est donc possible que des poissons s’échouent pendant plusieurs jours. Ce sont surtout les poissons qui sont concernés ; les mammifères marins comme les phoques ne devraient pas être trop touchés, comme ils peuvent respirer à la surface, ce qui n’est pas le cas des poissons", précise-t-il.

La prolifération de cette algue pourrait être une conséquence directe des conditions météorologiques que nous avons connues ces derniers jours mais aussi du réchauffement climatique. "2020 est une année très particulière pour cette espèce. Normalement on observe un pic en juin, mais cette année on en a observé en avril pour la première fois. On n’avait encore jamais observé des quantités aussi importantes que celles de cet été. Le réchauffement climatique pourrait l’expliquer en partie. Une autre explication est liée à l’agriculture. Les matières grasses provenant de l’agriculture et qui se retrouvent dans nos rivières pourraient contribuer à la prolifération de ces algues", précise-t-il.

L’expert ne cache pas son inquiétude. "Le plancton constitue la base de la chaîne alimentaire marine. Une multiplication de certaines espèces pourrait constituer le début d’une cascade d’effets qu’on ne connaît pas encore et qui nous inquiètent."