Le nombre de pratiquants ne cesse de diminuer

BRUXELLES Le nombre de pratiquants dominicaux en Belgique ne cesse de diminuer, comme le démontrent les statistiques religieuses de 1998, communiquées lundi au lendemain de la clôture de l'Année sainte.

Au mois d'octobre 1998, la fréquentation des messes par rapport à toute la population soumise au devoir dominical s'établissait ainsi à 11,2% pour l'ensemble de la Belgique, 6,3% à Bruxelles, 9,3% en Wallonie, 12,7% en Flandre et 29,2% dans la Communauté germanophone. En 1998, 64,7% des enfants nés en Belgique ont été baptisés, par rapport à 66,1% en 1997. Par rapport à l'ensemble des mariages civils, il y a eu 49,2% de mariages religieux en 1998 et 1997. Enfin, trois quarts des Belges ont reçu des funérailles religieuses catholiques en 1998 (76,6% contre 77,2% en 1997).

Natalité légèrement en baisse

D'autres statistiques communiquées ici par l'Office européen Eurostat montrent qu'en Belgique, comme en Europe, le baby-boom attendu en 2000 n'a pas eu lieu. Dans notre pays où la population atteint désormais 10.267.000 habitants, le taux de natalité est en baisse de 0,1%. Et si, en 2000, l'Union européenne qui compte 377,6 millions d'habitants au 1er janvier 2001 affiche une hausse de 0,3% de sa population, c'est essentiellement une conséquence de l'immigration. Ainsi, l'immigration a apporté 816.000 habitants supplémentaires à l'UE en 2000. L'Allemagne, l'Italie et le Royaume-Uni ont absorbé à eux trois en l'an 2000 les deux tiers du flux migratoire européen. Les taux de migration nets les plus faibles ont été enregistrés en Finlande (0,6 pour 1.000), en France (0,8) et en Espagne (1). Chez nous, le solde migratoire représente 2 pour 1.000.