Depuis quelques années, la question du genre et de l’identité prend une vraie place dans la société, l’influence des réseaux sociaux où chacun peut partager son vécu, encourager ou se sentir soutenu joue bien sûr un rôle important : la parole s’est libérée. Il fallait encore que cela fasse son chemin vers un plus grand public, à l’image de plus d’inclusivité dans la publicité et de visibilité dans les médias.

Un exemple récent avec Zalando qui vient de lancer une campagne mondiale inclusive au travers d’une série de photos de duos ou de personnalités montrant la diversité à tout point de vue : âge, sexe, genre, personne porteuse de handicap... À voir aussi, un spot inspirant, "Hero", avec l’influenceuse Yoliswa Mqoco. Le socle commun à ces images : "Un dialogue ouvert sur une valeur partagée différente mais pertinente pour les protagonistes, en vue d’être le point de départ de la mode pour tous", résume Zalando.

Mercredi 31 mars a aussi été décrété journée internationale de la visibilité des personnes trans. L’occasion pour la marque Pantene de mettre en avant le vécu des personnes transgenres.

Afin de communiquer de manière inclusive et en connaissance de cause, elle a travaillé avec la communauté elle-même, représentée par KLIQ vzw et Arc-en-Ciel Wallonie pour ce projet. Ce que ces associations ont accepté tout de suite : "Pour nous, il est important de trouver des alliés au sein de grandes marques comme Pantene et par extension le groupe P&G pour lutter en faveur de l’inclusivité et de l’égalité pour tous. Nous sommes plus forts ensemble et nous obtiendrons davantage si nous combinons nos forces et nos capacités."

Dans son enquête, la marque a donc demandé aux membres de la communauté LGBTQ+ comment ils percevaient le regard de la société belge sur l’expression du genre. Et ce n’est pas brillant : la société belge n’a obtenu qu’une note de 5,7 sur 10. Lorsqu’on leur a demandé quel était le plus grand défi pour la communauté en Belgique, le manque de connaissances sur la diversité des genres, les stéréotypes existants et le manque de représentation sont arrivés aux trois premières places. Il y a encore du boulot.

Et parce que les cheveux et la coupe que l’on porte sont un reflet de l’identité personnelle, la campagne Pantene Hair Has No Gender s’est penchée plus particulièrement sur le ressenti des personnes non binaires et trans concernant leur coupe : une sur deux s’est déjà sentie mégenrée, ne pouvant simplement pas obtenir la coiffure de son choix, et 6 personnes sur 10 se sentent même stressées chez le coiffeur.

Des photos fortes, une vidéo sur les réseaux sociaux #HairHasNoGender et des dons aux associations pour agir concrètement aussi : Pantene qui a gagné deux fois le prix de l’employeur le plus inclusif de KLIQ poursuit son action toujours plus loin.