Le gouvernement fédéral est conscient de la gravité de la situation et examine comment le statut d'artiste peut être réformé. En raison de la crise sanitaire, près d'un cinquième des 232 participants à l'enquête a vu ses revenus diminuer et gagne désormais entre 500 et 1.000 euros par mois. Un peu moins d'un dixième n'atteint même pas 500 euros par mois. Plus d'un tiers (34,6%) doit par ailleurs utiliser ses économies pour payer ses factures. Un travailleur culturel sur cinq craint de ne pas pouvoir tenir encore bien longtemps, 16% considèrent la situation comme "très sombre".

"Les chiffres confirment les histoires que nous avons entendues ces derniers mois", explique le musicien Frederik Sioen, coordinateur de la Consultation des Arts. "De nombreux artistes étant proches du seuil de pauvreté, ils ne peuvent pas constituer une épargne. Plus cette situation dure, plus elle devient difficile."

Le gouvernement fédéral envisage de réformer le statut d'artiste. "Une mise à jour est nécessaire", dit-on au cabinet de Frank Vandenbroucke (Vooruit), ministre des Affaires sociales. "L'ambition dans les mois à venir est d'examiner la situation précaire des travailleurs culturels afin de parvenir à une meilleure protection."