Société Faute de compteurs adéquats, la Wallonie pourrait repousser la redevance à 2020.

La Cwape, le régulateur wallon de l’énergie, entend faire contribuer davantage les propriétaires de panneaux photovoltaïques (ou "prosumers") aux coûts d’entretien du réseau d’électricité. Aujourd’hui, un ménage qui produit la même quantité d’électricité qu’il n’en consomme ne paie quasiment aucun frais. Pourtant, il utilise le réseau pour y injecter son électricité excédentaire lorsque le soleil brille en journée, et pour en prélever lorsque ses panneaux photovoltaïques ne produisent plus en soirée.

La volonté de la Cwape était d’instaurer un tarif de prélèvement pour les "prosumers" à partir du 1er janvier 2019. Selon le projet en discussion, deux méthodes de tarification sont possibles.

Premièrement, la redevance pourrait être calculée en fonction de la puissance de l’installation photovoltaïque, peu importe la quantité d’électricité qui est réellement prélevée par le "prosumer" sur le réseau.

Deuxièmement, la redevance pourrait être calculée sur base des prélèvements réels d’électricité sur le réseau. Pour cela, l’habitation doit être équipée d’un compteur bidirectionnel (312 euros chez Ores) qui permet de mesurer les prélèvements et les injections.

La Cwape vient de recevoir les commentaires fouillés de nombreux acteurs du marché sur son projet de redevance à charge des "prosumers". Dans l’ensemble, on peut dire que les réactions sont très critiques.

La plupart des acteurs regrettent que la Cwape ait laissé la possibilité aux "prosumers" d’être tarifés sur base de la puissance de leur installation photovoltaïque. Le problème majeur de ce forfait est qu’il n’incite pas à l’autoconsommation puisque la redevance est identique peu importe la quantité d’électricité qui est prélevée sur le réseau.

En outre, les compteurs doubles flux risquent de ne pas être disponibles pour les "prosumers" qui seraient tentés d’opter pour la tarification réelle. En effet, Resa et Ores, les deux plus grands gestionnaires de réseau de distribution de Wallonie, se demandent comment ils vont pouvoir répondre à la demande.

Face au risque d’indisponibilité des compteurs double flux, la Cwape nous a révélé que l’introduction de la redevance "prosumer" pourrait être repoussée à l’année 2020. D’ici le mois de juillet, on saura quelles options seront retenues par le nouveau patron de la Cwape. Preuve de la sensibilité du sujet, la date du conseil de direction a été repoussée à plusieurs reprises.