C'est par exemple le cas de Bièvre, Trois-Ponts, Nassogne ou encore de Neufchâteau. Ces communes ont toutes en commun de n'avoir enregistré qu'un ou deux cas de coronavirus ces sept derniers jours, mais sont quand même teintés de vert foncé - qui signifie une "mauvaise situation" - sur la carte de l'évolution du Covid éditée par Sciensano. A quoi cela est-il dû?

Il faut savoir que pour créer son outil de suivi du virus par commune, l'institut s'est basé sur trois indicateurs : l'incidence cumulative calculée sur sept jours, le nombre de jours consécutifs où au moins un nouveau cas a été rapporté et le nombre de jours où le nombre de nouveaux cas augmente par rapport à la veille, considéré sur une période de 7 jours. Mais sur la carte, les couleurs utilisées pour classer les différentes communes sont attribuées en fonction de l'incidence cumulative. Un indicateur qui désavantage les petites communes.

En effet, il est calculé de la sorte: la somme des cas de contamination rapportés sur les sept derniers jours sur le territoire de la commune, divisé par son nombre d'habitants, le tout multiplié par 100.000. Et si le résultat de ce calcul dépasse 20, seuil d'alerte décrété par Sciensano, la commune est teintée d'un vert plus foncé sur la carte (de plus en plus foncé en fonction du résultat).

Pour les communes moins peuplées, cet indicateur peut être trompeur. Par exemple, à Bièvre, dans la province de Namur, l'incidence cumulative est à 60, alors que deux nouveaux cas de contamination seulement ont été recensés ces sept derniers jours dans l'entité. Bièvre, qui compte 3.400 habitants, est donc en 15e position du classement belge, en terme d'incidence cumulative, et apparaît dans la couleur la plus foncée sur la carte de Sciensano.

Quelles éventuelles conséquences?

Dans un premier temps, cela ne pose pas trop de problèmes, tant que l'évolution de coronavirus reste telle qu'elle est dans ces entités. Mais ce qui inquiète le bourgmestre de Bièvre, Michaël Modave, c'est qu'on ne détermine des mesures de restriction dans les communes qui dépassent ce seuil d'incidence cumulative. "Si demain, on dit que dans les communes dans le rouge, il y a des réglementations supplémentaires, qu'est-ce qu'on fait? Ce n'est pas logique", s'est-il exprimé auprès de Ma Télé. Selon lui, au vu du peu de cas de Covid sur son territoire, "il y a moins de danger à venir se promener à Bièvre que dans une grande ville" et donc "le calcul est mal fait, il défavorise les petites communes".

"Dans une petite commune, quelques nouvelles infections peuvent par exemple avoir pour conséquence un dépassement des seuils, alors qu’il ne s’agit en réalité que de cas isolés", par ailleurs Sciensano sur son site, ce qui veut dire que les données doivent également être examinées dans leur ensemble, et pas seulement via certains indicateurs, qui peuvent effectivement paraître "trompeurs" si on les sort de leur contexte.