Société La SNCB lance une campagne de sensibilisation, la première du genre, pour les élèves du secondaire.

Vos enfants sont-ils conscients du danger mortel auquel ils s’exposent en marchant le long des voies ferrées ? Savent-ils vers qui se tourner s’ils ont oublié leur titre de transport ? Ou encore, quelles sanctions risquent-ils en tirant le signal d’alarme sans raison valable ?

La SNCB mise sur ses futurs navetteurs et lance, pour la première fois en Wallonie, une campagne de sensibilisation pour les élèves du 1er degré de l’enseignement secondaire. Au menu, un mot d’ordre - celui qui aura rythmé la cuvée 2016 : sé-cu-ri-té. Objectif de cette réunion : enseigner à nos enfants les règles qui régissent l’univers ferroviaire. L’entreprise publique, consciente que ces jeunes sont les navetteurs de demain, souhaite en effet leur inculquer les gestes à "faire et ne pas faire" dans un train, une gare ou près des voies ferrées.

Le coup d’envoi de cette campagne a été donné hier à l’Athénée royal Jules Destrée, à Marcinelle. 50 élèves ont rencontré une équipe Securail et on pu se plonger dans le monde ferroviaire grâce à des quiz, capsules vidéo et autres jeux de rôle.

Ce rendez-vous a mis l’accent sur les comportements à risque "légers" (comme fumer dans le train ou mettre ses pieds sur la banquette) et "graves" (marcher le long des voies ou sauter à bord du train alors que le signal de départ a été donné) mais aussi sur le rôle préventif des agents Securail ainsi que l’identification des différents corps de métiers du rail. Vols à la tire, tags, dégradation de matériel, vandalisme, amendes et sanctions : les différents fléaux qui frappent chaque année le rail ont également été abordés devant les élèves de l’Athénée royal Jules Destrée. "Les gares sont des lieux publics. Et malheureusement, ceux-ci sont souvent vandalisés. Tout cela coûte très cher à la SNCB mais il faut savoir que le vandalisme, ça se répercute aussi sur votre confort et sur le prix de votre billet !", explique l’équipe Securail qui anime cet atelier éducatif.

Après avoir visionné un court-métrage mettant en scène plusieurs situations, les élèves, qui effectuent régulièrement des voyages scolaires en train, ont pu leur poser des questions. "Vous arrêtez souvent les suicides ?", s’inquiète un jeune garçon, le doigt encore levé.

Cette interrogation, couplée avec un constat inquiétant, prouve la nécessité de ce genre d’atelier : beaucoup d’élèves que nous avons interrogés ignorent qu’il est strictement interdit, et mortellement dangereux, de se balader le long des voies ferrées. "Une formation nécessaire", donc, juge la SNCB, dans un monde où les jeunes ne sont pas toujours conscients du danger qui les entoure.


Qu’est-ce que tu as appris aujourd’hui ?

Clara 13 ans

"Qu’il ne faut pas écouter la musique trop fort pour ne pas déranger les gens ! J’ai pris le train une fois avec ma marraine. Elle m’avait dit qu’il faut faire très attention quand on traverse les voies et qu’il ne faut pas mettre ses pieds sur la banquette." 

Fabio 12 ans

"Le numéro Securail qu’on doit appeler si on a besoin d’aide ! Je n’ai pris le train qu’une seule fois avec mes parents et je ne savais pas qu’on ne pouvait pas traverser les voies. Je pensais que si on regarde bien comme pour traverser la route, ça suffisait !" 

Chiara 12 ans

"Que le train, c’est dangereux si on ne fait pas attention. Je l’ai pris quelques fois avec ma mamie et la prochaine fois, je ferai plus attention à ce que je fais. Mais ce qui me rassure, c’est que si j’ai peur, je peux appeler le numéro de Securail gratuitement !" 

Ulysse 13 ans

"Qu’il ne faut surtout pas marcher sur les voies, à pied ou les traverser avec la voiture si les barrières sont baissées. Par contre, les tags, je pense que ce n’est pas très grave, même si ça coûte cher pour nettoyer. Et puis parfois, ils sont jolis !" 

Eda 12 ans

"Qu’on n’entend pas le train quand il arrive et qu’il roule vraiment très vite, tellement qu’on ne l’entend pas arriver. Et aussi qu’il ne faut pas mettre ses pieds sur les banquettes ou écouter la musique trop fort. J’ai appris beaucoup de choses aujourd’hui ! "