Doper la fréquentation de ses trains en augmentant l'offre, c'est le credo de la SNCB dans le cadre de son plan de transport 2020-2023. Objectif à terme : augmenter l'offre de trains de 5% d'ici la fin du plan de transport. Ce qui correspond à près de 1.000 trains supplémentaires par semaine. La prochaine étape du plan entrera en fonction à partir du lundi 12 décembre prochain.

Celle-ci prévoit notamment la prolongation de la ligne S8 Louvain-la-Neuve/Bruxelles-Midi jusqu'à Zottegem en semaine. Ce qui permettra aux navetteurs qui prennent le train entre Bruxelles-Midi et Zottegem de bénéficier d'une liaison directe avec le quartier européen tandis que ces trains feront également halte en gare d'Anderlecht. Une nouvelle liaison IC rapide entre Hasselt et Anvers-Central sera également ajoutée en semaine tandis que les trains S9 Braine-l'Alleud/Bruxelles-Schuman/Louvain circuleront désormais jusqu'à Landen. Autre nouveauté : la relation S44 Waremme-Liège-Guillemins sera prolongée jusqu'à Seraing et Flémalle-Haute ene sermaine, ce qui permettra de renforcer la fréquence des trains reliant Seraing et Ougrée à Liège-Guilleminsà deux trains par heure, dans chaque sens, pendant toute la journée.

Par ailleurs, des trains supplémentaires circuleront sur des axes majeurs: Gand-Saint-Pierre et Termonde (trains tôt le matin et tard le soir), Gand-Saint-Pierre et Alost (trains tard le soir), de Courtrai et Gand-Saint-Pierre vers Bruxelles et retour (trains tard le soir), de Namur à Liège (trains tard le soir), de Liège à Huy (trains tard le soir) et depuis Ottignies/Charleroi vers Namur et inversement vers Charleroi (trains tard le soir).

Enfin, l'offre vers Amsterdam est renforcée. Les trains IC Bruxelles-Midi-La Haye/Amsterdam circuleront tous jusqu'Amsterdam-Central en semaine et le week-end. Seize trains IC par jour au lieu de douze circuleront par conséquent entre Bruxelles et Amsterdam, et ce dans les deux sens.

"En tant que ministre de la Mobilité, j'ai expressément demandé à la SNCB de mettre en œuvre son Plan de transport pour 2022. Afin de convaincre davantage de personnes de prendre le train, il est important que l'offre de train soit structurellement renforcée. C'est aussi mon ambition : plus de trains, plus de clients pour la SNCB, moins d'émissions de CO2 et d'embouteillages, et aussi plus de ressources propres pour la SNCB et Infrabel. Avec le Gouvernement fédéral, je veux faire du train la colonne vertébrale de notre mobilité !", a déclaré Georges Gilkinet, ministre fédéral de la Mobilité.

120 trains supprimés chaque jour à cause du covid

Un nouveau plan de transport qui doit doper l'offre quotidienne mais qui se voit perturber par la crise du covid et l'explosion des cas covid comme partout en Belgique. Résultat : la SNCB ne dispose plus de suffisamment de personnel pour pouvoir faire rouler les trains tout en garantissant la sécurité de ses travailleurs et de ses passagers. La SNCB supprimera 120 trains (sur un total de 3.800, soit 2,5%) chaque jour à partir de ce lundi 6 décembre en raison de cas de maladie et/ou de quarantaine parmi son personnel.

En réaction l'ASBL Navetteurs.be se dit "inquiète' de cette décision alors que les trains, indique l'association, "sont pour la plupart bondés et que les cas de contamination Covid ne cessent d’augmenter. Si l’association peut comprendre que le taux d’absentéisme au niveau du personnel ait des répercussions sur le service des trains, elle craint que la SNCB profite de l’occasion pour faire des économies sur ses frais d’exploitation et que cette situation se prolonge dans le temps jusqu’à devenir définitive. Bien que le télétravail soit recommandé, il ne faut pas perdre de vue que certaines catégories de personnes doivent continuer à pouvoir se déplacer que ce soit pour le travail, les études ou encore de motifs d’ordre privé."

Et l'ASBL de poursuivre : "Avec ces suppressions ce sont les voyageurs les plus réguliers qui sont pénalisés et doivent s’adapter aux alternatives proposées avec les désagréments qu’elles entraînent : trains bondés, fréquence diminuée ou encore temps de parcours allongés. Nous craignons que ces mesures soient avant tout prises pour faire des économies et compenser les pertes de recettes depuis le début de la pandémie."

Le ministre Gilkinet a réagi dans la foulée : "Je souhaite apporter tout mon soutien aux cheminotes qui, comme le reste de la société, sont aujourd'hui durement touchées par la pandémie. Grâce à elles et à eux, les trains ont pu circuler en toute sécurité ces derniers mois. La SNCB est maintenant contrainte de s'organiser pour maintenir le trafic ferroviaire le plus fluide possible, même dans ces circonstances difficiles. Pour les voyageurs, il est aussi important de connaître à l'avance sur quel train ils peuvent compter, de sorte qu'ils ne soient pas confrontés à des imprévus. Mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour que tous les trains circulent à nouveau dès que possible.»