Face à la résurgence de l’épidémie de coronavirus et à ses conséquences économiques, le gouvernement wallon a décidé de débloquer 154,4 millions d’euros supplémentaires, dont 81,6 millions d’euros pour l’Horeca et 72,8 millions d’euros pour des secteurs directement impactés (événementiel, voyagistes, ambulants, taxis…). "Fin septembre, nous avions présenté un mécanisme de soutien pour les indépendants et entreprises encore à l’arrêt (événementiel, voyagistes, autocaristes, forains…). Étant donné que la crise se prolonge, nous avons décidé de faire passer l’intervention de 15 % à 30 % du chiffre d’affaires trimestriel, de doubler le montant minimum d’intervention pour passer de 1 500 à 3 000 € et d’augmenter les montants des différents plafonds", le dernier d’entre eux atteignant 40 000 €, a détaillé le ministre wallon de l’Économie, Willy Borsus.

Parallèlement, la Région va se lancer, "dans les prochains jours", dans les tests salivaires - par gargarisme - que devront effectuer les travailleurs des maisons de repos wallonnes. Et 7 millions d’euros seront alors alloués à l’achat de ces tests.

Quatre villages de testing vont également être ouverts, à Liège, Charleroi, Mons et Namur, et 1,5 million vont être dégagés pour renforcer d’un emploi supplémentaire pendant 6 mois, le personnel des 37 centres de dépistage wallon.

Pour le reste, des aides seront également accordées aux entreprises de titres-services (montant forfaitaire de 5 000 € pour les entreprises établies en Wallonie), aux sept Relais sociaux à concurrence de 50 000 € chacun, afin d’assurer leur offre de services d’hébergement et d’accueil ou encore au Forem avec l’engagement de 60 conseillers et de 5 psychologues.

Enfin, l’interdiction de suspendre la fourniture d’eau et de limiter le débit en cas de non-paiement des factures sera renouvelée d’un an alors que l’aide de 40 euros pour les factures d’eau destinée aux personnes en chômage temporaire total ou partiel sera prolongée jusqu’au 30 mai 2021.