Laure, 88 ans, est décédée en maison de repos ce dimanche. Le vendredi, on lui injectait son seconde vaccin anti-Covid, trois semaines après le premier. " Le samedi, elle était épuisée, incapable de se lever. Le lendemain elle décédait avec une forte fièvre", témoigne sa fille Sylvie, de Braine-l’Alleud. " Elle est décédée d’un arrêt cardiaque. En détresse respiratoire. D’une forte fièvre post-vaccinale. "

Sylvie, la fille de Laure est très claire, d'entrée de jeu : "Elle n’est pas morte à cause du vaccin. Elle a mal supporté les effets secondaires ."

La fille de Laure est perplexe. " Attention, je ne suis pas médecin (NdlR, Sylvie est kiné). Et les propos que je vais tenir ne ciblent pas cette maison de repos, ils ont une portée générale ", introduit-elle. " Mais je me demande s’il faut systématiquement vacciner deux fois toute personne en maison de repos. L’état de santé de maman était celui d’une personne de 88 ans. Elle a eu un cancer il y a trois ans mais il était stabilisé. Il y a deux ans, elle a été victime d’une septicémie aiguë mais elle s’est battue pour en guérir. Avant de prendre son premier vaccin, elle avait passé un test sérologique attestant qu’elle produisait suffisamment d’anticorps. Du reste, en mars 2020, elle a été détectée ‘Covid asymptomatique’ mais elle en produisait déjà assez. Il y a aussi le fait qu’elle était cardiaque et donc susceptible de moins bien supporter les effets secondaires du vaccin et notamment une forte fièvre. Je suis pour la vaccination. Mais ne devrait-on pas faire du cas par cas en tenant compte des risques ? Faire passer un test sérologique à toutes ces personnes fragiles et, s’ils sont satisfaisants, se demander, au regard du risque des effets secondaires, s’il est bien opportun de vacciner immédiatement ? La vaccination systématique n’est peut-être pas la panacée. Bien sûr, les décès ne sont peut-être pas légion. Mais un mort est un mort de trop. Nous avions demandé à maman si elle acceptait de se faire vacciner . ‘Je dois l’être pour être en ordre comme tout le monde , a-t-elle répondu. Ça, c’est une phrase qu’on lui avait dite, je pense. "

Sylvie a une autre préoccupation: le suivi des personnes vaccinées âgées et/ou fragilisée après une vaccination. " Se dire ‘elle est vaccinée, c’est bon’ , ce serait trop léger. Ne faudrait-il pas systématiser un suivi de ces personnes juste après la vaccination afin de détecter les mauvaises réactions ? "

Le 12 mars, Sylvie ira se faire vacciner. " Vu ma profession, la question ne se pose pas. Ensuite, je passerai un test sérologique. S’il est satisfaisant, je ne me vaccinerai pas une deuxième fois. "

En Belgique, sur 34 979 doses administrées jusqu’au 12 janvier, aucun décès suspect n’avait alors été enregistré.