Un sondage montre que l'arrivée du Net n'a guère modifié les habitudes des lecteurs

BRUXELLES 82% des Belges, âgés de 16 ans et plus, affirment lire le journal, selon une enquête effectuée fin octobre 2000 par l'institut de sondages NFO Trendbox pour le magazine Readers' Digest. Le média traditionnel ne semble pas avoir perdu de terrain face à Internet. 35% des personnes interrogées affirment lire plus de journaux aujourd'hui qu'il y a trois ans, 12% les lisent moins et 52% n'ont rien changé dans leurs habitudes.

Les personnes qui lisent de moins en moins les journaux attribuent cette diminution au temps mobilisé par le travail et la vie de famille. Les plus de 65 ans sont majoritairement (59%) des lecteurs quotidiens.

Les rubriques générales des journaux recoivent le plus d'attention (53%), suivies par l'actualité intérieure (37%) et les nouvelles de l'étranger (29%). L'information économique et financière récolte 13% des résultats. Quant à l'art et la culture, ils remportent la 5e place avec 8%.

Un Belge sur 3 a déjà surfé

Pour trois quarts des Belges, Internet ne remplace pas le journal et n'est pas une source d'information quotidienne.

Cependant, pour la majorité des personnes qui surfent de temps à autre, il est plus facile de collecter des informations par Internet que par le biais du journal.

Un Belge sur trois a déjà surfé sur Internet. Chez les jeunes de 16 à 24 ans, le pourcentage grimpe à 64%. Par contre, chez les plus de 65 ans, aucune personne interrogée ne semble familiarisée avec le Net. L'apparition d'Internet n'a pas eu davantage d'effets sur la lecture de livres. Deux tiers des personnes interrogées disent lire des livres. Le Belge lit en moyenne 18 livres par an.

Les magazines enregistrent également une importante fréquence de lecture en Belgique: 80% des personnes interrogées lisent régulièrement un magazine. Les femmes lisent plus de magazines que les hommes et les francophones plus que les néerlandophones. Les hommes sont plus demandeurs de magazines d'information, tandis que les femmes préfèrent les titres féminins.

L'enquête s'est déroulée par téléphone entre le 13 et le 30 octobre 2000 sur base d'un échantillon représentatif de la popupaltion belge. 406 personnes, âgées de 16 ans et plus, ont été interrogées.