Le Centre de prévention du suicide a dressé son bilan de la crise.

La crise sanitaire que nous traversons a eu un impact direct sur les personnes les plus fragiles psychologiquement et a eu pour conséquence une augmentation du nombre de suicides. C’est ce qui ressort du bilan de la crise sanitaire dressé par le Centre de prévention du suicide.

"Les bénévoles de notre ligne de crise ont ressenti une forte augmentation des appels durant le confinement ainsi qu’une intensité accrue des échanges. Cette intensité a également été ressentie par les psychologues accompagnant la crise suicidaire lors des consultations avec patients. Le suicide est multifactoriel mais nous pouvons affirmer que la crise sanitaire a amplifié la crise suicidaire", affirme l’association.

Les conséquences socio-économiques de la crise participent à une augmentation des facteurs de risque suicidaire : instabilité des systèmes de sécurité, faillites, pertes d’emploi…

Par ailleurs, de nombreux appelants ont dû faire face à la perte de personnes chères dont le deuil a été compliqué par les mesures sanitaires imposées par la pandémie.

De plus, les personnes en besoin n’ont pas toujours pu consulter aussi facilement des services de santé mentale qu’avant la crise. Certaines démarches en vue d’une hospitalisation dans une structure psychiatrique ont ainsi été postposées, entraînant des effets dommageables pour les personnes les plus fragiles.

Le centre d’écoute gratuit et anonyme est accessible 24 heures/24 au 0800 32 123.