Près de deux millions de ménages belges l'utilisent pour se chauffer

BRUXELLES En 2000, plus de 45.000 nouveaux clients pour la consommation de gaz naturel ont été enregistrés dans le secteur domestique en Belgique. Cela correspond à une augmentation de 25% par rapport à l'année 99. En fait, là où c'est possible, le Belge opte le plus souvent pour cette source d'énergie. Plus de 80% des nouvelles constructions situées le long des réseaux de distribution ont été ainsi équipées pour le chauffage au gaz naturel.

La hausse importante des prix pétroliers (qui ont rechuté de manière tout aussi considérable en décembre) n'est évidemment pas étrangère à ce succès. Pour la Fédération de l'industrie du gaz, la sensibilité accrue des consommateurs pour des notions liées au développement durable y est aussi pour quelque chose.

Toujours est-il que si près de 2 millions de ménages se chauffent désormais au gaz naturel, la consommation n'a pas sensiblement augmenté en 2000: à peine de 0,5% pour le secteur domestique. Comme nous vous l'avons déjà expliqué (DH du 4 janvier 2001), la météo a en effet été très clémente en 2000 et les ménages se sont donc moins chauffés.

En ce qui concerne les secteurs tertiaire et industriel, tant la clientèle (95.000 unités) que les ventes (323.000 TJ, soit une consommation en hausse de 4%) ont connu une progression. La cogénération, qui consiste à alimenter des besoins en chaleur et électricité via le gaz naturel, connaît également un relatif essor, notamment dans les PME et les hôpitaux.

Pour 2001, la Fédération de l'Industrie du Gaz reste très optimiste. Les consommateurs risquent pourtant de ne pas être très heureux. Par un mécanisme assez complexe, le prix du gaz est lié, avec un décalage de plusieurs mois, à celui des produits pétroliers. Il faut donc s'attendre à une hausse du prix du gaz naturel jusqu'à l'été. Les prix devraient baisser ensuite.

A noter encore qu'à la fin de l'année, lors du passage à la tarification en euro, le kilowattheure (kWh) remplacera le joule comme unité d'énergie.