Société Les révélations fracassantes du fils de la duchesse d’Albe.

C’est le livre dont tout le monde parle en ce moment en Espagne. Les mémoires de Cayetano Martinez de Irujo, duc d’Arjona et comte de Salvatierra, fils de la défunte duchesse d’Albe.

Intitulé De Cayetana à Cayetano, l’ouvrage est une véritable bombe par ses nombreuses révélations sur la vie de famille des Albe.

La duchesse Cayetana d’Albe décédée en 2014 était l’une des personnalités les plus respectées et les plus aimées d’Espagne. Sa vie entre les lambris de ses nombreux palais et son anticonformisme notoire l’ayant rendue extrêmement populaire.

Son mariage en 1947 avec Luis Martinez de Irujo avait coûté plus cher que celui de la future reine Elizabeth - que la duchesse avait côtoyée en Angleterre pendant la Seconde Guerre mondiale - un mois plus tard.

Les Albe sont considérés comme la seconde famille royale d’Espagne, leur palais de Madrid étant une réplique en plus petit du Palais d’Orient.

Cayetano est le cinquième des six enfants de la duchesse d’Albe. Il est né en 1963. Il perd son père en 1972 des suites d’une leucémie.

Dans ce livre, Cayetano expose sa vision de sa vie, trimbalé entre des gouvernantes austères et parfois même violentes, le manque d’affection maternelle dans sa petite enfance, le remariage de sa mère avec Jesus Aguirre qui lui rendit la vie impossible et à qui la duchesse donnait systématiquement raison, son addiction aux drogues, ses aventures sentimentales compliquées puis les conflits avec ses frères pour l’héritage - il s’estime lésé par rapport à son frère aîné l’actuel duc d’Albe.

Père de deux enfants, Luis et Amina nés de son union avec Genoveva Casanova, le duc d’Arjona est un cavalier émérite. Il a remporté de nombreuses compétitions et pris part aux JO de Barcelone en 1992. Dans ses mémoires, il révèle sans grande élégance qu’en 1986, il a eu une idylle avec l’infante Elena, fille aînée du roi Juan Carlos, ce que l’opinion publique ignorait jusqu’alors.

Cayetano explique qu’un proche de la Cour l’avait entrepris, et lui fit comprendre que les souverains verraient d’un très bon œil un rapprochement avec leur fille également passionnée d’équitation.

Le duc précise qu’il se laissa convaincre par pur patriotisme… avant de se désengager afin de ne pas être enfermé dans une cage encore plus dorée que celle dont il essayait lui-même de s’échapper.

Révéler cette amourette 30 ans plus tard a scandalisé en Espagne. Certains en venant à l’ironique constat que l’on peut être un Grand d’Espagne et un petit monsieur…