Le ministre espère qu'avec une offre de train ambitieuse que les gens seront convaincus de se passer de la voiture pour des alternatives abordables et moins polluantes, dit-il.

Un train devrait donc partir toutes les trente minutes dans chaque gare du pays. Dans les grandes agglomérations, cela devrait être fait toutes les dix minutes, estime-t-il.

Dans le contrat avec la SNCB, il faudrait mettre davantage l'accent sur la disponibilité des trains et du personnel en dehors des heures de pointe, en particulier le soir et le week-end, indique le ministre dans sa note politique.

Il souhaite mieux répartir les passagers et étudier comment les tarifs peuvent jouer un rôle. Depuis longtemps, la SNCB veut instaurer une flexibilité des tarifs pour stimuler les voyages pendant les heures creuses.

Le nouveau gouvernement accordera à la SNCB l'exclusivité du transport domestique subventionné de passagers pendant dix ans de plus.

Selon la réglementation européenne, la Belgique doit en principe autoriser la concurrence sur les chemins de fer d'ici 2023, mais grâce à une "attribution directe", le gouvernement peut octroyer à la SNCB le monopole encore plus longtemps. Deux projets pilotes de libéralisation sont possibles dans les années à venir.