Le naturisme, on m’en avait beaucoup parlé : "Tu verras, c’est un vrai sentiment de liberté" qu’on me disait. D’ailleurs cet argument, vous l’avez déjà certainement entendu quand un ami de votre oncle Henri a essayé de recruter pour son camping au Cap-d’Agde. Vous avez, à cet instant, hoché la tête en disant, le sourire au coin des lèvres : "Oui un jour, pourquoi pas…"

Mais voilà, vous n’avez bien sûr jamais sauté le pas. Ne vous inquiétez pas, je l’ai fait pour vous. Et vous allez tout savoir.

La première expérience de naturisme ne commence pas une fois que vous avez retiré vos habits sur le sable. Non. Elle commence quand vous vous engagez sur le petit sentier qui mène à la plage. Durant cette petite centaine de mètres, de nombreuses questions se bousculent dans votre tête, dont la fatidique : "Est-ce que je vais avoir l’air ridicule nu devant des centaines de personnes ?". Mon conseil, n’essayez pas d’y répondre, la situation est déjà assez compliquée comme ça.

Vous avez maintenant les pieds dans le sable. Vous déambulez parmi les corps dénudés en quête d’un petit espace pour poser votre essui. Problème : Vous ne savez pas bien où vous devez poser votre regard. Vous vous dites : "Si je les regarde, ils vont trouver ça bizarre. Fais comme si de rien n’était, prend un air décontracté". Mais voilà, tout le monde vous dévisage. Cela vous met mal à l’aise, vous ne comprenez pas. Il vous faudra quelques minutes pour vous rendre compte que c’est normal, vous êtes la seule personne habillée sur la plage.

Votre essuie est posé, l’emplacement est parfait, arrive le moment fatidique. Vous avez essayé de le repousser toute la journée mais il est bien là et vous ne pouvez plus reculer. Le bas doit tomber.

Le geste est complexe , mais pas insurmontable. Tout de suite, vous vous sentez mieux. Les regards insistants se sont détournés, vous faites maintenant partie des leurs. Côté sensation, c’est plutôt agréable. Il faut dire que c’est certainement une des premières fois que cette douce petite brise maritime vient virevolter entre vos cuisses. La liberté, dont on vous avait tellement parlé, est palpable. La gêne initiale se fait oublier tout doucement.

Vous êtes maintenant couché, jusque-là, tout va bien. Mais il fait chaud. Normal, c’est l’été. Il vous faut vous rafraîchir. C’est alors que vous vous rendez compte que la mer est très loin. Pas question de remettre son maillot. Il va vous falloir traverser la plage dans le plus simple appareil. La technique : allez-y d’un pas décidé, faites semblant d’être un habitué car dans l’eau, une belle expérience vous attend. Une belle expérience, c’est peu dire.

Une fois dans l’eau , le naturisme prend tout son sens. Je ne vous en dirais pas plus, vous allez devoir essayer par vous même. La surprise sera ainsi totale.

L’expérience se termine au moment où vous regagniez votre place, vous êtes un habitué maintenant et, certainement, vous reviendrez. Oui, je peux vous l’assurer.

Un dernier conseil, n’oubliez pas la crème solaire, les parties les moins exposées sont les plus sensibles. N’hésitez pas à en mettre une bonne dose. Sinon vous risquez de terminer, comme me l’a fait remarquer un habitué, avec "le cigare tout rouge".

Romain Demoustier (st)