Il a fermé la Porte Sainte samedi. Rendez-vous dans 25 ans...


ROMEMarquant solennellement la clôture de l’année jubilaire, le pape Jean Paul II a fermé samedi la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre et mis un point final à ce qui constitue l’un des sommets de ses 22 années de pontificat.
L’Année sainte, proclamée traditionnellement tous les 25 ans par le souverain pontife, coïncidait cette année avec le changement de siècle et de millénaire. Elle a ainsi attiré environ 25 millions de pèlerins à Rome. Le pape a attendu avec impatience cet événement qui coïncidait avec le 2.000e anniversaire de la naissance du Christ, y voyant une occasion de rajeunir l’Eglise catholique et ses milliards de fidèles.
Un collaborateur a soutenu le bras gauche du pape, âgé de 80 ans et se déplaçant avec difficulté, pour l’aider à pousser le premier battant de la lourde porte de bronze.
Lorsqu’il a repoussé le second battant, les applaudissements ont crépité sur la place Saint-Pierre, où environ 100.000 fidèles, selon le Vatican, suivaient la cérémonie sur des écrans vidéo géants.
Quelques heures plus tôt, des dizaines de milliers de fidèles, au rythme d’environ cent par minute, étaient passés sous la Porte pour gagner une indulgence ou obtenir la rémission pour leurs péchés. Le passage doit s’accompagner d’une prière et d’autres actes comme la confession ou le sacrement de l’eucharistie. "Nous savons avec certitude que la porte de votre clémence n’est jamais fermée pour ceux qui croient en votre amour et proclament votre merci”, a prié le pape, qui s’est agenouillé avec difficulté sur les marches conduisant à la porte.
Jean Paul II s’est ensuite dirigé vers la place Saint-Pierre pour une messe célébrant à la fois la clôture de l’Année jubilaire et l’Epiphanie. A cette occasion, il s’est souvenu des moments marquants de cette année écoulée, notamment les Journées mondiales de la jeunesse en août dernier où deux millions de jeunes avaient fait le déplacement jusqu’à Rome. “Le grand Jubilé nous a donné une occasion providentielle d’accomplir une purification de la mémoire, de demander pardon à Dieu pour les infidélités commises au cours de ces deux mille ans par les enfants de l’Eglise”, a-t-il ajouté.
Par ailleurs, le souverain pontife a rendu publique une lettre de 80 pages s’interrogeant sur les défis du nouveau millénaire. Le pape exprime son espoir que l’enthousiasme manifesté par les catholiques pendant l’Année sainte insuffler a une vigueur nouvelle à l’Eglise et d’attirer de nouveaux fidèles.