BRUXELLES Au parquet de Bruxelles, on privilégie les propositions de transaction à celles de nos excellences qui prennent des libertés avec le code de la route. `Ce n'est pas un acte de poursuite´ explique Michel Leysens, le magistrat responsable du parquet roulage à Bruxelles, `il n'y a donc pas d'objection à le proposer à des personnes protégées par la constitution. Et, dans un certain nombre de cas, ces transactions sont payées´. On se souvient des propositions de transactions faites ces derniers mois au prince Laurent - une amende de 7000F et une autre de 16.800F - qui les a payées rubis sur ongles. Les retraits de permis sont par contre plus rares. Au parquet, on se souvient d'un incident de roulage qui avait conduit un prince royal à la une de la presse. D'initiative, le prince était venu déposer son permis sur le bureau du procureur général de Bruxelles, à l'époque, Victor Van Honsté. En l'occurence, le prince s'était d'ailleurs fourvoyé, le procureur général n'ayant aucune compétence en matière de roulage. Il y a évidemment des cas où le parquet classe d'office les dossiers qui lui sont transmis: notamment lorsque le véhicule en cause est un véhicule de police et qu'il fait état des nécessités du service. Dans cet ordre d'idée, Michel Leysens rappelle qu'il a dû mettre le holà à cette tendance qu'avaient certains corps de police à systématiquement verbaliser les véhicules de leurs collègues d'en face. Une guéguerre stérile qui n'a pas tout à fait disparu: récemment encore, le patron de la PJ de Bruxelles s'est plaint de ce que l'un de ses véhicules, en stationnement régulier et en service, ait été dépanné par une police communale...

Le magistrat lui-même a été verbalisé il y a quelques années, en période d'hiver, parce que sa plaque d'immatriculation était légèrement sale. Les verbalisants reprochaient au magistrat - qu'ils connaissaient - d'avoir sali intentionnellement cette plaque, surpris qu'ils étaient par le fait que seul l'arrière était sale. Ils n'avaient pas imaginé que le magistrat avait pu ne pas avoir le temps de terminer le nettoyage de sa voiture.