Il est accusé d'un assassinat à caractère terroriste en Syrie. Quelques jours après les attentats du 22 mars 2016 à l'aéroport de Zaventem et à la station du métro bruxellois Maelbeek, Hicham Chaib apparaissait dans une vidéo faisant l'éloge des attaques. "Vous vivez dans la peur après une seule attaque", y lançait-il. "Vos bombardements n'ont pas pu faire tomber cette ville", ajoutait-il en commentant des images des rues bondées de Raqqa, en Syrie, où il était le chef de la police religieuse. À la fin de la vidéo, l'homme exécute de sang froid un prisonnier en tenue orange de deux balles dans la tête.

Hicham Chaib, qui a disparu des radars depuis plusieurs années, est à présent renvoyé par défaut devant la cour d'assises d'Anvers pour cet assassinat à caractère terroriste. Il a été déclaré mort à plusieurs reprises mais aucune preuve tangible n'est venue corroborer son décès. Il est toujours recherché internationalement.

Le trentenaire a grandi à Borgerhout, en province d'Anvers, et était le bras droit de Fouad Belkacem, qui dirigeait l'organisation terroriste Sharia4Belgium. Il a également été l'un des instigateurs d'émeutes qui s'étaient déroulées en 2012 à la suite d'une manifestation contre le film anti-islam "L'Innocence des Musulmans". En 2015, il a été condamné par défaut à 15 ans de prison dans le procès contre Sharia4Belgium, à Anvers, et une arrestation immédiate a été prononcée à son encontre.

Hicham Chaib a rejoint en 2013 le groupe terroriste État islamique en Syrie avec plusieurs dizaines d'autres partisans. Il se fait également appeler "Abu Hanifa" et est apparu régulièrement dans des films de propagande de l'EI, dans lesquels il appelait les musulmans à rejoindre le califat.