Société Aujourd’hui, on parle plus de homewear que de pyjama. Et au lit, mieux vaut faire sans.

Certaines avaient pour pyjama une goutte de Chanel N° 5, d’autres le préfèrent à boutons en flanelle. Pour certaines, c’est un déshabillé de soie, une nuisette légère en coton ou en viscose et pour d’autres encore une chemise de nuit en molleton. Un jogging peut aussi bien faire l’affaire, agrémenté d’un T-shirt avec quelques années au compteur, pour les hommes comme pour les femmes d’ailleurs !

Chez les enfants, c’est pareil, il y a de tout avec trois constantes : de l’imprimé mignon, des couleurs et du déguisement de super-héros et héroïnes !

En tous les cas , si le terme "pyjama" est un peu has-been, le réconfort, le confort et la douceur que cette tenue apporte dans notre sphère privée fait qu’on ne pourra jamais s’en passer. C’est ce vêtement "doudou" que l’on enfile pour être à l’aise le soir et traîner le week-end. "Le concept du pyjama avec un pantalon en molleton et un T-shirt assorti a quelque peu vécu. Aujourd’hui, on parle davantage de homewear", souligne Véronique Mathys, senior manager legwear et Intimate (lingerie) chez Veritas.

Le homewear, ce sont ces vêtements que l’on enfile une fois rentrés à la maison pour être à l’aise sans pour autant être "en pyjama" à partir de 18 h ! "Ce sont des tenues fluides, des matières douces et souples comme le coton, la viscose. Cela nous accompagne jusqu’au moment du coucher car au lit, c’est très confortable aussi."

Les couleurs sont naturelles, cocoon : du beige, du gris, du vieux rose, du blanc cassé. Véronique Mathys note aussi le développement du loungewear, ces tenues que l’on peut mettre autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. "Là, on est davantage dans la maille : la laine très fine, le cachemire. Un pantalon en molleton, un gilet en laine fine et chaude : c’est idéal pour prendre l’avion, faire de longs voyages en voiture. C’est confortable et joli."

Garde-t-on son pyjama ou sa tenue d’intérieur sur soi jusque dans son lit ? La réponse est "ça dépend". D’abord, sachez que la nudité est bénéfique pour un couple. Et pourrait même bien donner un coup de fouet à une libido en berne. "Être nu permet en effet un rapprochement, sexuel ou sensuel plus facile et soudain le désir peut faire son apparition", explique Aurélie Chamoy, licenciée en sexologie.

Le frottement du tissu sur la peau, l’effleurage du corps de l’autre, des sensations différentes que l’on ne ressent pas dans un vêtement de nuit… et le sommeil devient accessoire ! "Ce contact de peau à peau permet également de libérer l’hormone dite du bonheur et de l’attachement, appelée l’ocytocine", poursuit Aurélie Chamoy.

D’un côté plus pratique, si l’on peut volontiers garder le haut pour protéger les frileux et celles et ceux qui ont vite mal aux épaules ou au cou, mieux vaut aérer… nos parties inférieures !

En effet, la prolifération des bactéries au niveau des parties intimes, des aisselles et des plis cutanés se fait plus facilement dans des milieux chauds et humides. Cela permettrait ainsi de diminuer les mycoses vaginales pour les femmes et de conserver une température au niveau des testicules plus propices à la qualité du sperme. Mais on change alors ses draps tous les 10 jours au maximum.