Le marché de 'contact tracing' attribué par la Région wallonne dans le cadre du suivi des contacts pour lutter contre le coronavirus respecte la législation en vigueur, y compris au niveau salarial conformément aux accords des commissions paritaires compétentes, assure-t-on au cabinet de la ministre régionale de la Santé, Christie Morreale (PS). 

Vendredi matin, le PTB avait dénoncé le salaire des 'traceurs' wallons, fixé à 11,33 euros brut de l'heure.

"Leur contrat prévoit également la possibilité de shifts pouvant aller jusqu'à 21h. Ils demandent même d'être disponible deux week-ends par mois. De plus, alors qu'il est demandé aux travailleurs de rester disponibles pendant les 7 prochains mois, on leur fait signer des contrats journaliers", pointait notamment le chef de groupe du parti au parlement wallon, Germain Mugemangango.

"Il est inacceptable que les pouvoirs publics contribuent, avec l'argent des citoyens, à la précarisation du marché de l'emploi", ajoutait-il en appelant la ministre Morreale à faire "toute la transparence sur les montants versés et à défendre les conditions salariales et de travail des téléphonistes".

Le marché wallon, attribué au Groupement des Mutualités associé à des opérateurs spécialisés dont notamment une entreprise de travail adapté qui offre des emplois de qualité aux personnes fragilisées par la maladie ou le handicap, respecte bien la réglementation en vigueur concernant les salaires, ceux-ci étant conformes aux montants fixés par les commissions paritaires (CP 200 et 327.03) établies avec les partenaires sociaux, affirme de son côté le cabinet de la ministre.

Le marché de "contact tracing" a été attribué au Groupement des Mutualités pour leur expérience et professionnalisme en matière socio-sanitaire auprès de la population. Son montant global - 47 millions selon le PTB - intègre notamment les prestations du personnel, leur formation, leur équipement informatique et sanitaire, y rappelle-t-on.

Quant au salaire horaire minimum, "nous sommes bien conscient que ce dernier ne soit pas très élevé. C'est la raison pour laquelle le PS porte la revendication du salaire minimum à 14 euros de l'heure au niveau Fédéral, compétent en matière de droit du travail", conclut le cabinet de la ministre.