Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les requins-tigres et bouledogues, espèces parmi les plus redoutées, préfèrent se nourrir de cadavres humains plutôt que de les attaquer de leur vivant. 

C’est du moins ce qu’avancent des chercheurs de l’université de Floride dans une étude. Les baigneurs et surfeurs ont donc plus de chance de se faire croquer post-mortem.

 Ces recherches, si elles peuvent rebuter, ont pourtant une importance capitale. La plupart des études sur les interactions hommes et requins se concentrent sur les attaques et non sur le comportement charognard. 

Or, il est essentiel de savoir à quoi ressemblent les traces laissées sur les os par ces animaux, notamment dans le cas d’enquêtes criminelles.