Cet hiver sera particulièrement néfaste pour les oiseaux de nos jardins, tant le sel a été épandu…

BRUXELLES “On sait que le sel pendant l’hiver est toujours un grave problème pour les oiseaux, mais cette année, et sans doute encore plus que l’année passée, vu les quantités de sel déjà épandues, 47.000 tonnes, et les ruptures de stock annoncées, on comptera encore plus de victimes .”

Jan Rodts, pour la Ligue de protection des oiseaux, est ainsi pessimiste sur le sort de nos amis à plumes. “Quelques milligrammes de sel suffisent pour tuer un oiseau de nos jardins .” Très exactement 7,4 mg pour un moineau dont le poids avoisine les 28 grammes.

“Les oiseaux qui boivent de l’eau salée manifestent les mêmes symptômes qu’un ivrogne : ils sont groggy et peuvent se retrouver au milieu de la rue sans réaction .” Et ils se font écraser. Quand ils ne meurent pas d’un blocage des reins (les oiseaux n’ont pas de vessie) consécutif à l’intoxication. Or, en hiver, les oiseaux picorent la neige (souvent salée) pour s’abreuver ou boivent l’eau des caniveaux quand la fonte a lieu. “Ils sont attirés quand l’eau coule le long des gouttières ou des routes et c’est un cercle vicieux car le sel va leur donner soif et ils vont continuer à boire encore et encore .”

Jan Rodts confirme donc que, dans les centres de revalidation de la Ligue de protection des oiseaux, les animaux défilent ces jours-ci et subissent avec des sondes une cure d’eau fraîche qui permet à neuf oiseaux sur dix de s’en sortir.

“Nous essayons de sensibiliser les autorités à l’utilisation de produits moins agressifs que le sel pour le déneigement, comme le sable ou les granulés d’argile déjà testés dans certaines communes. Nous leur demandons aussi de redoubler d’attention près des endroits à forte concentration d’oiseaux comme les parcs .” Un conseil simple, enfin, pour Monsieur Tout-le-Monde : une écuelle avec de l’eau propre sur une terrasse déneigée…



© La Dernière Heure 2010