Société C’est le moment de sortir bêche, transplantoir, tondeuse.

Les prochains jours s’annoncent agréablement ensoleillés,, ce qui pousse généralement les Belges à rendre plus facilement visite aux jardineries, dont l’assortiment est logiquement bien plus large que l’offre ciblée de la grande distribution ou des chaînes de bricolage.

Les publics sont d’ailleurs assez différents. "Les personnes qui fréquentent notre jardinerie viennent pour se faire plaisir", explique Felix Dupuis, responsable de la communication Aux Jardins d’Arquennes, situés à… Arquennes, près de Nivelles. "L’achat dans la grande distribution est plus impulsif".

Toutes les jardineries sont quoi qu’il en soit confrontées à la concurrence des gros bras de la distribution, qui peuvent acheter d’importants volumes de géraniums, par exemple, et casser les prix pour en faire des produits d’appel.

Les Jardins d’Arquennes en sont bien conscients et veulent afficher des prix au plus juste. "Surtout, ce ne sont pas les mêmes produits", précise Fabrice, chargé de conseiller la clientèle en quête d’idées.

Le conseil de spécialiste mais aussi l’offre sont les atouts des jardineries par rapport à la grande distribution.

Aux jardins d’Arquennes, c’est quelque 3.000 variétés de plantes disponibles, dont par exemple cinquante variétés d’orchidées.

Beaucoup de vivaces. "Vous pouvez les garder pendant vingt ans", assure Fabrice. "Mais il est indispensable d’avoir un bon suivi".

Terreau et engrais ne sont jamais à négliger. "La plante doit être dans un bon substrat". Les plantes de bruyère veulent un sol acide. Si tel n’est pas le cas,, un terreau spécifique est recommandé si vous désirez que la plante offre toute sa splendeur.

Il y a aussi pas mal d’arbres à replanter. Le soleil n’est pas forcément le temps idéal pour passer à l’action. "Il vaut mieux les replanter dans une terre gorgée d’eau", explique Romain, lui aussi conseiller. Les arbres à racines sont à replanter dans les meilleurs délais. Ils sont bien moins chers que les arbres en container, qui peuvent être replantés encore bien plus tard dans la saison. Terreau, engrais et eau doivent accompagner leur développement.

L’intérêt pour les légumes à repiquer s’accroît de saison en saisons. "C’est bien entendu la facilité", souligne Romain. "Cela évite de devoir faire des semis, qui ne sont pas toujours couronnés de succès. Il suffit de transplanter le légume. C’est une tendance que nous voyons surtout chez nos nouveaux clients, qui retirent une fierté à cultiver leurs propres légumes".

C’est par exemple quelques salades dans un bac ou plants de tomates sur la terrasse. Les stars sont les tomates cerises et cœurs de bœuf. "L’une des grandes tendances, c’est le carré potager".

Le rayon semences séduira plus les personnes cultivant un grand potager. Là aussi, l’offre est multiple, dont des graines bio. Là encore, un terreau spécifique est conseillé pour éviter que la germination soit trop rapide, et vous oblige peut-être à relancer un nouveau semis.