Des drames évités lors des inondations en Luxembourg et Namur

DINANT La triste tradition a été respectée dans plusieurs coins des provinces de Namur et de Luxembourg: les intempéries abondantes de ces derniers jours ont entraîné, dans la nuit de vendredi à samedi, des conséquences qui, en certains endroits, auraient pu être dramatiques si les précipitations n’avaient heureusement cessé.
D’Arlon à Couvin où un centre de crise a même été installé, en passant par Dinant et Rochefort, les cours d’eau ont débordé avec toutes les conséquences que cela a signifié : routes, rues, prairies et caves ont été inondées.
Samedi après-midi, le ministre wallon Charles Michel s’est rendu en province de Namur pour apporter son soutien aux sinistrés. « Deux types de situations se sont présentées: les cas où le terrain ne permet aucune intervention et ceux où des travaux peuvent être entrepris pour prévenir tous débordements des rivières et de leurs affluents”. Charles Michel a évoqué le dragage des cours d’eau (voir ci-dessous) et le renforcement des berges comme moyens pour éviter les inondations des habitations.
Les choses sérieuses ont débuté vendredi peu après 18 h. Quelques drames ont été évités.
A Han-sur-Lesse, des pompiers qui se sont portés en canot au secours d’un jeune couple de Hollandais (voir page ci-contre).
Ave-et-Auffe, Bellevaux, Villers-sur-Lesse avec la Lesse ainsi que Grupont avec le Linçon ont également été rapidement touchées.
Les pompiers ont guetté avec crainte la montée de la Meuse à Dinant et Yvoir.

Appel à l’hélicoptère

Cette crainte a été justifiée car durant la nuit de vendredi à samedi, la pluie redoublant, les rivières sont sorties de leur lit.
La Meuse avec ses affluents s’est généreusement répandue dans les maisons dinantaises dont les occupants ont assisté, impuissants, à sa montée jusqu’à près d’un mètre.
Dans la vallée de Han, les campings ont eu des allures de cités lacustres. De nombreuses caravanes résidentielles ont dû être évacuées.
A Lessive, un automobiliste a tenté de passer à tout prix sur la route inondée et qui avait été barrée. Il s’est rapidement vu emporté par les flots et coincé au point qu’il a fallu faire appel à un hélicoptère pour l’hélitreuiller pour le sauver. Il a été hospitalisé en état d’hypothermie grave. La route d’ Yvoir a également été fermée à la circulation. A Orgeo, près de Bertrix, la Vire a largement débordé couvrant d’eau routes et caves d’immeubles. Pour ce qui est de Couvin, un centre de crise a été installé dès vendredi soir. Les responsables des secours ont dû faire intervenir les pompiers en catastrophe aux lieux-dits Cailloux d’eau et Cheneau pour sauver une dizaine d’habitants dont les immeubles étaient ceinturés et gorgés d’eau.
Dans le Hainaut, à Hautrage, la pluie a fait déborder les étangs Honoré. Il faut dire que les grillages filtrant l’écoulement des eaux des étangs étaient bouchés par des feuilles mortes. L’inondation s’est répercutée jusqu’à la place de Hautrage Centre, qui a tendance à être souvent sous eaux en cas de fortes pluies. Inondations aussi au centre de Saint-Ghislain: 4e rue, rue de l’Abattoir et de l’Enseignement. En cause: les avaloirs bouchés…
A Braine-le-Comte aussi, la pluie a occasionné des inondations, surtout de caves. La Senne est sortie de son lit vendredi après-midi: la route de Petit-Rœulx, à Braine, a été inondée par trente centimètres de boues. Enfin, dans toutes les localités de l’entité de Soignies, c’est par dizaines de cas que les pompiers sont intervenus suite à des inondations des caves.
Samedi durant la journée, la situation s’est progressivement normalisée.