Société

Le recrutement des volontaires a commencé

Baxter attend de pouvoir distribuer ses vaccins

Sprint final dans la course au vaccin

La guerre des firmes pharmaceutiques

Notre blog santé

ANVERS D'ordinaire, les centres de recherche ont recours à des bases de données de candidats prêts à participer aux expériences médicales. "Avec l'hypermédiatisation du virus H1N1, nous ne manquons pas de volontaires. De nombreuses personnes prennent spontanément contact avec nous", assure Pierre Van Damme, directeur du Centre pour l'évaluation des vaccinations de l'Université d'Anvers.

N'est pas cobaye qui veut... Pour participer à l'expérience, les patients doivent être en bonne santé; les femmes enceintes sont exclues de la recherche. En Belgique, entre 200 et 400 hommes et femmes de 18 ans et plus seront sélectionnés pour tester un vaccin candidat dans les centres de recherche des universités d'Anvers, de Gand et de Bruxelles (ULB). Si les tests sur les adultes sont positifs, les enfants feront l'objet d'une seconde étude.

L'expérimentation va durer deux mois. Les volontaires devront se soumettre à un premier examen clinique. Ils se verront ensuite injecter une dose de vaccin avant d'être placés en observation durant une demi-heure. De retour chez eux, ils seront chargés de noter leur température dans un carnet. L'opération sera répétée trois semaines plus tard. L'équipe médicale effectuera alors un nouveau prélèvement de sang pour documenter l'effet d'une seconde dose.

Les effets secon daires du vaccin contre la grippe A sont comparables à ceux d'un vaccin contre la grippe d'hiver ou la grippe aviaire : "Les patients risquent de sentir des douleurs musculaires et articulaires. 10 à 15 % se sentiront nauséeux et auront des poussées de fièvre", souligne le professeur Van Damme.

Testé un vaccin est rémunéré entre 150 et 250 €, soit nettement moins qu'un test de médicament (jusqu'à 3.000 €).

Les centres de recherche publieront un rapport définitif au mois d'octobre. Le vaccin devrait alors être disponible début novembre sauf s'il y a pandémie.

Les autorités européennes pourraient alors décider de mettre les vaccins sur le marché sans attendre les résultats des tests humains.



© La Dernière Heure 2009