Selon le vice-Premier ministre socialiste, les études récentes montrent que la crise a encore accentué les inégalités au sein de notre population. "Les plus fragiles ont en effet subi de plein fouet la crise, que ce soit au niveau sanitaire (ils sont plus exposés à la maladie) ou au niveau pécuniaire", souligne-il dans ce document publié vendredi sur le site de la Chambre.

Plusieurs mesures sont prises pour augmenter les allocations sociales les plus basses, au-delà de l'enveloppe bien-être et de l'indexation automatique des salaires et des allocations sociales, ajoute M. Dermagne en citant notamment l'augmentation graduelle des allocations minimales de chômage et des forfaits au cours des prochaines années de la législature, à partir du 1er janvier prochain.

L'accord de gouvernement de l'équipe De Croo prévoit à la fois l'augmentation des allocations sociales en direction du seuil de pauvreté et des systèmes complémentaires pour lutter contre la pauvreté.