"Cette tendance s'est tout de même un peu accentuée" ce mardi matin, a tempéré Yvon Englert, le délégué général de la cellule wallonne covid-19.

Selon ce dernier, la base de données européenne sur les vaccins recensait, ce week-end, 13 thromboses sur 3 millions de personnes vaccinées et son équivalent britannique faisait état de 30 cas sur 10 millions de vaccinés. "Je pense qu'on est essentiellement confronté à un effet domino irrationnel. Il faut raison garder: il n'y a pas de menace AstraZeneca sur la population qui se fait vacciner. Mais c'est peut-être un discours trop rationnel alors que des éléments émotionnels entrent aussi en ligne de compte", a estimé Yvon Englert.


Néanmoins, "ce vaccin, sur lequel on comptait pour accélérer notre campagne de vaccination, nous inquiète car les restrictions de livraisons annoncées et l'épée de Damoclès qui plane sur la poursuite de son utilisation nous plongent à nouveau dans l'incertitude", a-t-il poursuivi en balayant par ailleurs la question d'un éventuel "retard" de la Wallonie par rapport à la Flandre. "Ces comparaisons n'ont pas vraiment de sens. Ce qui compte, c'est de savoir si l'on fait du mieux possible", a souligné M. Englert.

La Belgique a-t-elle raison de ne pas suspendre la vaccination avec AstraZeneca ?

Oui, il n'y a aucune preuve de risque avéré 37,0%
Non, il faut appliquer le principe de précaution 63,0%

3905 votes


"Nous nous sommes tournés vers l'OMS. Nous avons également eu des contacts avec l'EMA. Nous avons demandé l'avis du Conseil supérieur de la Santé et de la task force Vaccination. Tous vont dans le même sens et conseillent de continuer à utiliser AstraZeneca. La meilleure manière d'agir, c'est de s'appuyer sur l'expertise des scientifiques", a de son côté défendu la ministre Morreale.

Longuement interrogée par différents parlementaires régionaux, celle-ci est revenue en détail sur la campagne de vaccination wallonne, ses errances et ses succès.

"Depuis le 13 mars, nous n'avons plus aucun cluster dans les maisons de repos, un peu plus d'un an jour pour jour après les avoir fermées aux visiteurs", s'est-elle ainsi félicitée. "Et dans la phase actuelle - qui vise à vacciner les plus de 65 ans en environ 6 semaines -, on se rend compte que l'attente est immense. Nous avons choisi d'ouvrir les plages de réservation au fur et à mesure et elles se remplissent très vite. A l'heure actuelle, 130.000 convocations ont déjà été envoyées. Le reste suivra dans les semaines à venir", a souligné Christie Morreale.

"Beaucoup de choses ont déjà été faites en termes de communication et on essaie de toucher tout le monde en multipliant les canaux", a-t-elle enfin assuré, en réponse notamment au cdH qui demandait un "effort massif" d'information et de transparence vis-à-vis de la population.

Si on vous proposait de vous faire vacciner demain avec AstraZeneca, que feriez-vous ?

J'accepte 42,7%
Je préfère attendre les résultats de l'enquête 28,2%
Je refuse catégoriquement 29,1%

9230 votes