Les Belges inégaux devant la saleté

Société

B. F. et L. L.

Publié le

Les Belges inégaux devant la saleté
© Didier Bauweraerts

Enquête propreté de Test-Achats dans 40 villes: les décharges sauvages sont le premier problème

BRUXELLES Poubelles qui débordent, graffitti, dépôts clandestins d'immondices, crottes de chiens sur les trottoirs,... Question environnement, la vie des citadins n'est pas toujours rose. Et on ne vous parle pas ici du bruit, de la circulation routière et de sa pollution.

Selon une nouvelle enquête de Test-Achats, il apparaît qu'en matière de propreté publique, les Belges ne sont pas logés à la même enseigne. Certaines administrations communales parviennent à garder un environnement globalement propre au contraire d'autres, davantage débordées par la vague de crasse, laquelle touche plus certains quartiers que d'autres.

Test-Achats (dossier à lire dans le magazine de janvier 2001) a mené une enquête de terrain dans quarante villes du pays.

De petits groupes d'inspecteurs ont parcouru des centaines de rues, dans trois types de parcours différents définis au préalable. Le premier itinéraire traversait la partie la plus fréquentée de l'agglomération (rues commerçantes, proximité des grands lieux publics), le deuxième traversait un quartier favorisé et le dernier un quartier pauvre.

Les quarante communes se retrouvent dans un classement publié en tableau. Podium: Hasselt, bourgeoise bourgade flamande, obtient le meilleur score devant deux villes wallonnes, Marche-en-Famenne et Andenne. En bout de classement, Anderlecht, qui fait à peine moins bien que Schaerbeek, devancée, elle, par Anvers.

Les problèmes les plus fréquents repérés par les inspecteurs sont les dépôts sauvages d'immondices (67% des parcours en présentent, de taille variable). Suivent les graffitti, les déjections et les terrains abandonnés (que l'on trouve chacun sur un peu plus de la moitié des parcours). A propos des crottes de chiens, la situation est jugée très problématique à Anvers, Liège, Malines et Wavre. Dans 40% des communes, de nombreuses poubelles publiques débordaient. Quelque 32,5% des communes sont confrontées au problème des chancres, des habitations laissées à l'abandon et se transformant souvent en décharge.

Test-Achats relève que le niveau de propreté est inversément proportionnel à la densité de population. Les 5 villes les mieux classées sont de taille modeste, alors que les cinq dernières sont très peuplées (trois communes bruxelloises, Anvers et Malines).

Autre constat: la propreté est une question socio-économique. Les quartiers riches sont plus propres que les pauvres. Un écart nettement visible dans les grandes villes.

Newsletter DH Actu

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info