Si les infractions se sont révélées moins nombreuses qu'en 2019, le nombre de conducteurs testés positifs à un ou plusieurs stupéfiants est lui en hausse, selon les résultats de la neuvième édition du week-end sans alcool sur les routes belges publiés mardi. 

Organisée de vendredi à lundi derniers, cette action de sensibilisation entendait dissuader les conducteurs de prendre le volant sans qu'ils ne soient parfaitement lucides. La police fédérale, conjointement avec les 108 zones de police locale, a contrôlé l'alcoolémie de 62.441 conducteurs à travers le pays. Parmi ceux-ci, 1,41% présentaient un taux d'alcool supérieur à la limite légale. Dans un communiqué, la police fédérale se réjouit de la baisse observée par rapport à l'action de janvier 2019, où 1,70% des personnes testées étaient en faute.

Néanmoins, les autorités s'inquiètent de l'augmentation des tests positifs aux stupéfiants chez les automobilistes. Sur les 228 conducteurs soumis à un test salivaire, 117 semblaient rouler sous influence de la drogue et se sont fait retirer leur permis. L'année dernière, ils étaient 102 contrevenants sur 224 testés.

Les forces de l'ordre rappellent l'utilité de telles campagnes et les mettent en perspective avec les chiffres des accidents impliquant au moins un conducteur sous emprise de l'alcool : en 2018, 4.710 accidents avec tués ou blessés ont été enregistrés, en hausse par rapport à 2017.