Société

Déception pour la Fédération échiquéenne francophone privée de subsides

BRUXELLES Pour le Conseil d’État, le jeu d’échecs n’est pas un sport. La Fédération échiquéenne francophone de Belgique échoue à faire annuler un arrêté du gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles refusant en 2011 de la reconnaître et la subsidier comme fédération sportive.

Pour Raymond Van Melsen, de la FEFB, c’est l’aboutissement désolant d’un combat de 10 ans. En décidant que le jeu d’échec n’est pas un sport, le Conseil d’État s’appuie sur la définition Grand Robert du mot sport alors que Larousse donnait des espoirs. Le Conseil d’État a tranché : “Les exercices cérébraux tels que les échecs ne constituent pas une pratique sportive puisqu’ils ne nécessitent aucun effort physique”, point.

Pour le Robert, le sport implique “une activité physique exercée dans le sens du jeu, de la lutte ou de l’effort”.

Alors que Larousse, évoquant moins l’activité physique, met davantage l’accent sur l’habileté et l’attention.

Certes, reconnaît le Conseil d’État, mais Larousse ne donne cette définition qu’en deuxième lieu, dans le sens familier, pas son sens général.

Et pourtant, la Fédération échiquéenne développait 13 arguments prouvant à ses yeux que les échecs sont un sport comme un autre.

Notamment : le cerveau est un organe comme un autre devant être entretenu comme un biceps. Et le critère musculaire n’est pas absolu comme le montre le tir sportif où le tireur est couché, allongé… et pourtant la discipline est olympique depuis 1984. Que dire des études qui montrent que le rythme cardiaque d’un joueur d’échecs en compétition rivalise avec celui d’un pilote de F1 ? Autre preuve que les échecs sont un sport : la Communauté française elle-même a organisé un contrôle antidopage lors d’un tournoi disputé en 2010 à Roux, un vrai contrôle antidopage reconnaissant implicitement la discipline comme une pratique sportive.

Et le jeu d’échecs est largement considéré comme un sport à l’étranger, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, et en Belgique, en Flandre (depuis le décret flamand de 2007) et en Communauté germanophone.

Treize arguments au total : tous rejetés par le Conseil d’État qui, décidant que les échecs ne sont pas un sport, prive sa Fédération de subsides au titre de fédération sportive. Et la met échec et mat ?


© La Dernière Heure 2013