De Lijn proscrit l'usage du téléphone mobile sur ses lignes à Alost

BRUXELLES Si personne ne conteste l'interdiction du GSM dans les hôpitaux, en raison des risques d'interférences avec certains appareils électroniques, la décision que vient de prendre De Lijn est par contre plus surprenante. La société flamande de transports en commun a, en effet, décidé de proscrire l'usage du téléphone mobile sur ses lignes de bus à Alost et Destelbergen.

Depuis quelques jours, un autocollant arborant un GSM barré d'un large trait rouge est ainsi apposé à l'entrée des bus. De Lijn justifie cette décision pour des motifs de sécurité, suivant en cela les directives du constructeur des véhicules. Il s'agit en fait de nouveaux autobus et, selon leur fabriquant, la société Van Hool, il est possible que les ondes GSM perturbent le fonctionnement normal de certains éléments électroniques, mettant ainsi en danger la sécurité des passagers.

Dans les autres régions du pays, on n'en est pas encore arrivé à de telles mesures. A Bruxelles, la Stib fait même des efforts en faveur des utilisateurs de GSM! `Nous n'interdisons évidemment pas le GSM à bord de nos bus´, explique ainsi Anemie Genbrugge, porte-parole de la Stib. `Le GSM fait aujourd'hui partie de la vie de tous les jours. Nous faisons d'ailleurs tout pour qu'il puisse également être utilisé dans le métro. Des antennes ont d'ailleurs déjà été installées dans 17 de nos stations pour les clients de Proximus.´

En Wallonie, du côté des Tec, il n'est pas question non plus d'une quelconque interdiction. On s'étonne d'ailleurs de la décision prise en Flandre. `Je me demande en quoi le GSM peut influencer certains systèmes électroniques dans les bus´, s'interroge M. Etienne, responsable du matériel roulant aux Tec. `Pour moi, il s'agit d'une tempête dans un verre d'eau. Vous allez voir, De Lijn finira par faire marche arrière!´