Le rassemblement du Bois de la Cambre n’est pas le premier débordement que l’on observe. Cela fait déjà quelques semaines que de tels rassemblements ont lieu. Des milliers de jeunes à travers le pays protestent ainsi contre les privations de liberté.

Lorsque l’on interroge les jeunes, les avis sont plutôt mitigés. Certains se montrent plutôt compréhensifs. "Je comprends les jeunes qui se sont rendus au Bois de la Cambre. Je pense que la plupart voulaient simplement prendre l’air au vu du beau temps", déclare Adel, étudiant en communication. Il estime que le comportement de la police était disproportionné à certains moments. "Beaucoup de jeunes ne faisaient rien de mal et la police a déployé des moyens de dissuasion que j’ai trouvés abusifs."

Selon lui, il ne faut pas généraliser. "Tous les jeunes ne sont pas comme ça. Il faut essayer de comprendre la frustration et la détresse qu’ils peuvent ressentir."

D’un autre côté, certains jeunes ne tolèrent pas ces rassemblements de masse même s’ils comprennent la colère des étudiants attendu qu’ils se retrouvent dans le même cas. "Lorsque je vois chaque jour les chiffres de contamination, je trouve ce type de regroupement tout bonnement honteux", explique Massimo, étudiant en infographie.

Il trouve cela inadmissible au vu du contexte sanitaire. "Personnellement, je ne prendrais jamais le risque d’y participer de peur d’avoir le virus et ensuite de le refiler à mes parents ou autre personne à risques. Ces comportements sont vraiment irresponsables. On ne peut pas se permettre de jouer avec la vie des gens comme ça."