La DH répond à quinze questions que vous pouvez vous poser

Chaque jour, le nombre de pays touchés par le coronavirus augmente. À l’heure actuelle, la Belgique semble épargnée. Philippe Soubry, le seul Belge touché par le virus l’avait été alors qu’il se trouvait en Chine. Il a depuis passé une quinzaine de jours en quarantaine et est désormais guéri de la maladie. Aucun Belge n’a pour l’instant été infecté sur notre territoire. Voici le vrai du faux du coronavirus

1. La Belgique sera bientôt frappée par le coronavirus . Vrai.

© Coronavirus COVID-19 Global Cases by Johns Hopkins CSSE

Ce sera peut-être pour aujourd’hui même, peut-être pour dans quelques jours mais tout porte à croire que l’épidémie de coronavirus touchera notre pays prochainement. Il n’a fallu que quelques semaines pour qu’une quarantaine de pays soient touchés. Tous les pays qui nous entourent, à l’exception des Pays-Bas et du Luxembourg, ont des cas de contamination chez nous. Avec l’espace Schengen, il semble improbable que nos frontières restent imperméables au virus.

2. Le coronavirus est plus dangereux que la grippe. Vrai et faux.

© belga

Chaque année, la grippe peut tuer près d’un demi-million de personnes. Le coronavirus n’en est, à l’heure actuelle, qu’à un peu plus de 2.800 décès à travers le monde. Principalement en Chine. Le coronavirus présente toutefois un taux de mortalité supérieur à celui de la grippe. Les statistiques démontrent qu’une personne sur mille qui contractera la grippe en décédera, contre une personne sur cinquante pour le coronavirus. Toutefois, la grande majorité des personnes décédées des suites du coronavirus étaient déjà diminuées par d’autres maladies.

3. Les personnes âgées sont plus à risques. Vrai.

© Ennio Cammeniere

Le taux de mortalité évolue de manière exponentielle au fur et à mesure de l’avancement de l’âge. Selon les statistiques, le taux de mortalité des plus de 80 ans est de près de 15 %, contre 8 % chez les septuagénaires et 3,6 % chez les sexagénaires. En dessous de 50 ans, on passe à moins de 1 % de décès chez les personnes contaminées.

4. Les jeunes ne peuvent pas être touchés par le coronavirus. Faux.

© belga

Si les plus jeunes semblent avoir un système immunitaire permettant de les protéger des symptômes du coronavirus, cela ne signifie pas qu’ils sont à l’abri de toute contamination. Selon les statistiques, les moins de 14 ans ne représentent qu’un pourcent des cas de contamination. Et la plus jeune personne décédée avait 21 ans. Pour autant, les plus jeunes peuvent être infectés par la maladie, sans pour autant en présenter les symptômes.

5. Les femmes enceintes sont à risques. Faux.

© belga

À l’heure actuelle, les statistiques ne permettent pas de dire que les complications liées au coronavirus sont plus graves chez les femmes enceintes. Toutefois, la prudence reste de mise. Une étude avait été menée sur 12 femmes enceintes infectées au SRAS-COV (une souche similaire au coronavirus) en 2003. Elle avait abouti sur une conclusion alarmante : quatre femmes avaient fait une fausse couche, deux avaient présenté un retard de croissance intra-utérin, quatre ont accouché prématurément et trois sont décédées depuis. Interrogé par nos confrères d’Het Laatste Nieuws, le virologue de la KULeuven, Marc Van Ranst, estime qu’il n’y a pourtant pas lieu de s’inquiéter. “Il n’y a pas encore beaucoup de femmes enceintes touchées par le coronavirus. Et celles qui l’ont attrapé ne sont pas tombées gravement malades. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les femmes enceintes et leur bébé.” Par ailleurs, deux bébés sont nés infectés par le coronavirus. Ils sont aujourd’hui en bonne santé.

6. Une personne guérie peut retomber malade. Vrai et Faux.

© belga

Les personnes contaminées par le coronavirus et qui en sont aujourd’hui guéries ont développé des anticorps leur permettant de lutter contre le virus. Rien n’indique toutefois qu’il sera définitivement immunisé. Si la souche évolue, comme celle de la grippe le fait chaque année, un patient guéri en 2020 pourrait à nouveau être malade en 2021.

7. Le virus peut se transmettre via des objets. Vrai.

© belga

À l’heure actuelle, la résistance à l’air du coronavirus n’a pas pu être déterminée. Personne ne sait combien de temps le virus peut résister dans l’air une fois expulsé par la toux par exemple. S’il venait à se poser sur un objet comme une barre de métro ou la clenche d'une toilette par exemple, il pourrait donc se transmettre à une autre personne. Mieux vaut donc redoubler de prudence en matière d’hygiène, en se lavant notamment régulièrement les mains ou en utilisant des solutions hydroalcooliques.

8. Le virus est sensible à la chaleur. On le suppose.

© belga

Récemment, le président américain Donald Trump avait suscité la risée lorsqu’il avait affirmé que le virus ne passerait pas le printemps. Certains scientifiques lui donnent pourtant raison. Il est évidemment trop tôt pour déterminer avec certitude que le coronavirus n’aime pas les températures élevées mais il semble actuellement réagir comme le virus de la grippe, lequel n’apprécie pas vraiment la chaleur. Certains scientifiques estiment que le coronavirus pourrait diminuer d’intensité au printemps avant de rejaillir à l’automne. “Quelles que soient les comparaisons faites avec d’autres pathogènes plus ou moins proches, on ne peut prévoir comment va se comporter le nouveau coronavirus”, tempère toutefois Isabelle Imbert, spécialiste des coronavirus à l’université d’Aix-Marseille

9. Certains médicaments permettent de guérir du coronavirus. Faux.

© belga

À l’heure actuelle, aucun médicament connu ne permet de guérir du coronavirus. Tout au plus, certains médicaments permettent d’en soigner les symptômes comme la fièvre ou la toux. Certains antiviraux sont actuellement testés – notamment un ancien médicament contre le paludisme – mais il faudra du temps avant de conclure à leur efficacité. De manière générale, veillez à ne pas pratiquer l’automédication. Si vous présentez des symptômes proches de la grippe, consultez un médecin.

10. Un vaccin prendra du temps pour être mis sur le marché. Vrai.

© belga

Les plus grandes firmes pharmaceutiques du monde entier travaillent d’arrache-pied pour tenter de mettre au point un vaccin permettant de lutter contre le coronavirus. Mais les recherches prendront du temps. Après avoir trouvé un vaccin potentiellement efficace, il faudra procéder à des tests en laboratoire, puis à des études cliniques avant de pouvoir lancer le vaccin sur le marché. Selon les plus optimistes, il faudrait compter une quinzaine de mois. Toutefois, un laboratoire américain a récemment annoncé avoir mis au point un vaccin qui pourrait être testé sur les humains dès avril. Ce qui permettrait, en cas d’efficacité reconnue, de lancer une vaccination à l’échelle mondiale avant le prochain hiver.

11. Les masques sont efficaces contre la maladie. Vrai et faux.

© belga

Les épidémiologistes et virologues sont unanimes : les masques n’empêcheront pas la propagation du coronavirus. Une personne porteuse de ce genre de masques dans la rue ne sera pas à l’abri d’une contamination. Les masques ne sont pour l’instant utiles que pour les personnes infectées qui, via leur utilisation, empêcheront la diffusion du virus par l’expulsion de salive lors des taux. De même, ils sont recommandés pour les professionnels de la santé qui traitent les personnes infectées par le coronavirus.

12. Tous les masques se valent . Faux.

© belga

Les masques de chantier vendus dans la grande distribution ne seraient pas vraiment efficaces contre le coronavirus. Les masques qui filtrent les particules fines ne seraient pas non plus efficaces. Toutefois, certains masques offrent des protections plus efficaces selon le degré de filtration (FFP1 à 3). Pour se protéger du coronavirus, un masque FFP de catégorie 2 au minimum est recommandé pour le personnel soignant et l’entourage des personnes malades.

13. On peut être contaminés par notre alimentation. Faux.

© dr

En France, on a constaté une baisse de fréquentation des restaurants chinois peu après l’apparition du coronavirus en Chine. Pour l’heure, rien n’indique pourtant que l’on puisse contracter la maladie par l’alimentation. Le coronavirus se transmettrait essentiellement par voie aérienne, notamment via les gouttelettes de salive expulsées lors des toux et éternuements. Vous pouvez donc continuer à manger du riz sauté au poulet ou des spaghettis carbonara sans inquiétude.

14. L’urine des enfants peut nous protéger du coronavirus. Faux.

© dr

C’est une fake news relayée sur les réseaux sociaux ces derniers jours : il suffirait de se laver les mains avec l’urine de jeunes enfants pour être protégé. En réalité, l’urine peut contenir des petites quantités de matériel viral ou bactérien, prévient l’OMS. Et donc avoir l’effet inverse. L’OMS recommande de se laver régulièrement les mains avec du savon ou un produit hydroalcoolique.

15. Le coronavirus peut être transmis par les billets de banque . Vrai.

© belga

Le risque est très faible mais des tests préliminaires indiquent que le virus peut survivre sur des surfaces pendant quelques heures. Les pièces de monnaie et autres billets de banque échangés peuvent donc transmettre la maladie même si l’OMS le précise : le risque est très faible.