Les Scouts, de leur côté, indiquent "analyser les mesures" et récolter des informations supplémentaires "en ce qui concerne les activités pour les adultes, car ce point n'a pas été évoqué". Le Comité de concertation a édicté une série de nouvelles règles pour différents secteurs vendredi matin, dont celui de la jeunesse, valables jusqu'au 19 novembre. Dès à présent, les réunions des mouvements de jeunesse peuvent se poursuivre mais uniquement à l'extérieur pour les plus de 12 ans. Pour les animés âgés de moins de 12 ans, les activités en extérieur sont recommandées mais pas obligatoires.

Autre changement: les camps, comprenant des nuitées. Ceux-ci peuvent se poursuivre pour les moins de 12 ans, ainsi que pour les animés entre 12 et 14 ans si quatre nuitées sont prévues. Au-delà de 14 ans, les camps résidentiels sont interdits.

"Nous comprenons les règles, qui se basent sur des avis d'experts auxquels nous nous plions à 100%", a réagi auprès de Belga un porte-parole des GCB. "Ce qui est très positif est que nos activités peuvent continuer", se réjouissent les Scouts et Guides pluralistes. "Nous sommes rassurés qu'il n'y ait pas d'interdiction."

Les Scouts et les Guides flamands (Scouts en Gidsen Vlaanderen) soulignent pour leur part que le contact entre les jeunes est un besoin fondamental. "C'est pourquoi nous saluons ces mesures, parce qu'elles nous offrent une perspective. Jouer dehors reste autorisé. Peut-être de manière moins proche que ce à quoi nous sommes habitués mais la connexion reste."

Concernant l'obligation d'activités en extérieur, les Guides catholiques de Belgique soulignent que "cela colle à la réalité de ce que l'on vit, la majorité de nos activités se déroulent dehors, dans les bois... Pour les activités qui étaient prévues à l'intérieur, on compte sur nos animateurs pour s'adapter". Les Scouts signalent que "cela pourrait occasionner quelques difficultés en fonction des intempéries, mais nous faisons confiance à nos groupes pour adapter leur programme d'activités si nécessaire".

Les Scouts se disent également en attente d'éclaircissements, notamment sur l'organisation des formations des animateurs, car les activités pour les adultes n'ont pas été abordées lors de la conférence de presse du Comité de concertation.

Les Scouts et Guides pluralistes, de leur côté, soulignent aussi le "flou" qui entoure les nouvelles mesures, "notamment sur le nombre de personnes qui peuvent participer aux activités", explique Thaïs Baugniet, chargée de communication. "Est-ce encore 50 personnes ou passons-nous à 20?", s'interroge-t-elle. Elle se demande également si les mouvements de jeunesse sont passés à un code orange, "ce qui semble être le cas mais cela n'a pas été formellement annoncé".

Une rencontre est prévue avec la ministre francophone de la Jeunesse Valérie Glatigny ce vendredi en fin d'après-midi pour "une présentation précise du protocole en vigueur", indiquent les Scouts.

Les mouvements de jeunesse avaient déjà pris des mesures pour ce week-end, par précaution, demandant à leurs membres d'annuler les week-ends avec nuitée et de ne maintenir que des réunions "normales".

A noter que les stages de vacances organisés pendant le congé de Toussaint peuvent être maintenus.