De nombreux sites Internet se penchent sur le nombre satanique

BRUXELLES Alors que le calendrier nous joue des tours et qu'en ce mardi la date forme le chiffre du diable, 06.06.06, beaucoup prennent ce nombre très au sérieux. Rien qu'en surfant sur Internet, il est impressionnant de constater la quantité de sites consacrés à Satan et à son association numérique.

Le 666 fait travailler les esprits et des hypothèses, des plus grotesques aux plus étranges, sont avancées pour expliquer Lucifer et son arrivée sur terre.

C'est ainsi, par exemple, qu'un internaute fait, sur un site consacré à l'eschatologie, le lien entre Lucifer et l'économie actuelle. Il affirme ainsi que 666 est le code de la Banque mondiale et que les cartes de crédit aux États-Unis commencent par 666. Ce n'est pas tout: les codes sur les produits d'alimentation égalent toujours 666.

Quant à l'abréviation de World Wide Web, www, elle donne en hébreu trois fois la lettre VAV dont la valeur numérique est le 6 (WWW = 666). Étant donné que de nombreux achats et transactions financières se font aujourd'hui sur le Net, le diable aurait ainsi la mainmise sur une partie du commerce mondial.

Pour étayer ces informations, la même source cite l' Apocalypse de saint Jean, qui est le dernier livre du Nouveau Testament; et qui est le premier écrit qui parle de ce chiffre. Dans le verset XIII:16, Jean écrit: « Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, 17, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom». De quoi vous donner la chair de poule!

Même si ces explications demandent des recherches plus approfondies, il est évident que les mystères qui planent sur Satan passionnent de nombreuses personnes.

D'autres profitent de l'aura qui entoure ce nombre à des fins commerciales. Par exemple, c'est sur la base de la prédiction: « Le sixième jour du sixième mois de la sixième année, l'humanité connaîtra la malédiction», que les réalisateurs du film La Malédiction ont décidé de réaliser ce thriller. Ils ne sont certainement pas les seuls à profiter de cette coïncidence numérique pour attirer les foules.

En plus de cette date austère, il ne faudrait pas, en plus, croiser un chat noir ou briser un miroir. Que les plus superstitieux restent sur leurs gardes jusqu'à ce soir, minuit...

Voir notre dossier complet sur le film La Malédiction en page 19.

© La Dernière Heure 2006