Le petit Erwan, de Walcourt, a la leucémie. Durant un an, il a pu se rendre, avec trois membres de sa famille et autant de fois qu’il le voulait, à EuroDisney. Ethan aussi a la leucémie. Le jeune Carniérois jouit aujourd’hui d’une petite moto. Le Carolo Joye a une neurofibromatose, une maladie qui se manifeste par des tumeurs. Il a reçu la panoplie du parfait joueur de basket et a reçu la visite de deux joueurs de l’équipe nationale.

Tous ces rêves ont pu être réalisés grâce à l’association "Un temps pour aimer", basée à Charleroi mais active sur tout le territoire francophone. L’ASBL réalise des "Missions Bonheur".

Par le biais d’une récolte de dons, elle offre des cadeaux ou prépare des surprises pour les enfants gravement malades. Avec leur mascotte Nounours, les bénévoles se rendent dans les hôpitaux pour distribuer des cadeaux. " C’est là que nous tombons sur des cas particulièrement lourds ou sur des familles qui ont besoin de soutien ", décrit le coordinateur Julien Willot. " Des cas nous sont aussi signalés par le bouche-à-oreille. Nous contactons les parents afin de connaître les envies, parfois les plus folles, de l’enfant malade. Et, avec Nounours, nous leur faisons la surprise en leur apportant leur cadeau à domicile.

En cinq ans d’existence, l’association a déjà organisé une quarantaine de visites surprise à domicile.

" Pour ces familles, le ciel s’est écroulé un jour. Au départ, il y a toujours un petit truc. Une fièvre, une grippe… Puis, ils apprennent que c’est grave. Souvent méconnu. Peut-être même incurable , témoigne Julien Willot. Les parents font alors le choix d’être omniprésents. L’un des deux parents arrête de travailler, souvent la maman. J’ai même connu un parent qui s’est fait virer de son boulot parce qu’il était trop investi par ailleurs."

Pour le coordinateur, chaque cas est émouvant : " Dans de tels contextes, tout prend une autre dimension. De petits cadeaux acquièrent une valeur inestimable. Une fois, à l’hôpital, nous avons offert à un garçon des écouteurs MP3 à 3 euros. Le gamin nous a dit qu’il en rêvait."

Des parents qui s’apitoient sur leur sort, Julien n’en rencontre que très peu. " Ce sont des guerriers. Ils ne se plaignent jamais. Ils n’ont pas le temps. Et ne veulent pas indisposer leur enfant avec leurs états d’âme. Pas de sentiment d’injustice, par de sentiment de révolte. Tout cela, ils le ressentiront peut-être s’il y a décès,. Ils deviennent très altruistes. Ils veulent souvent aider, soutenir d’autres parents qui sont dans le même cas. "

Consultez la page Facebook "Un temps pour aimer". Il est possible d’effectuer un don sur le compte BE04 3631 5727 4931 (BBRU BEBB).