Société C’est ce que montre l’ étude d’une scientifique australienne.

Une nouvelle étude étonnante menée par une scientifique australienne Monica Gagliano vient ébranler notre conception de la végétation. Elle a démontré qu’un type de plante, le mimosa pudica, était capable d’intégrer des informations et de les retenir pendant plusieurs semaines. Cette découverte étonnante remet en question l’idée que les végétaux ne disposent pas d’une forme d’intelligence.

Le mimosa pudica a la particularité de fermer ses feuilles quand un élément extérieur vient le perturber ou le toucher. Les scientifiques y voient une technique de protection d’autodéfense face aux prédateurs. Pour Monica Gagliano, professeure de biologie à l’Université d’Australie Occidentale, la particularité de ce végétal était surtout un moyen de tester son intelligence. Pour ce faire, la chercheuse a mis au point une sorte d’ascenseur à sensations fortes pour le mimosa. L’objectif : tester si celui-ci réagit en rétractant ses feuilles. Ce fut le cas.

La scientifique a également imaginé un dispositif pour "rassurer la plante" : un tapis de mousse pour rendre la chute du végétal inoffensif. Elle a répété l’expérience soixante fois afin de déterminer si le mimosa continuerait de contracter ses feuilles, malgré la chute en douceur et au fur et à mesure, elle a constaté que certaines feuilles restaient ouvertes. À la fin de l’expérience, toutes les feuilles restaient grandes ouvertes, comme si la plante avait assimilé qu’elle ne risquait rien. Par contre, quand la scientifique la confrontait à une autre situation de danger, elle recourait à nouveau à son mécanisme de défense.

Elle a ensuite voulu savoir combien de temps la plante réagirait ainsi lors de l’expérience de l’ascenseur et a attendu une semaine pour faire le test à nouveau. Elle n’a pas été déçue par le résultat puisque le mimosa a continué à garder ses feuilles ouvertes pendant 28 jours encore alors qu’elle pratiquait l’expérience une fois par semaine.