Ces directives de 2015 et 2019 n'avaient pas fait l'objet de mesures fédérales d'exécution jusqu'à présent.

Concrètement, il sera interdit de mettre sur le marché les sacs en plastique légers avec poignée (sacs de caisse), à l'exception des sacs en plastique très légers, des sacs en plastique réutilisables répondant aux exigences de la norme européenne EN 13429 (qui définit les modes de réutilisation possible d'un emballage) et des sacs fournis dans les aéroports pour des motifs de sécurité. Un délai d'un an après publication de l'arrêté royal est donné au secteur pour s'adapter à la nouvelle règlementation, notamment pour épuiser les stocks.

Le même délai est accordé pour l'interdiction de la première mise sur le marché de gobelets en plastique jetables, à l'exception des gobelets en carton avec coating. Il sera également interdit de mettre sur le marché - avec effet immédiat 10 jours après publication de l'arrêté royal, soit fin 2021-début 2022 - les produits à usage unique suivants: les bâtonnets de coton-tige en plastique, les couverts en plastique, les assiettes en plastique, les pailles en plastique (sauf celles vendues en pharmacie); les bâtonnets mélangeurs en plastique pour boissons; les tiges en plastique destinées à être fixées, en tant que support, à des ballons de baudruche; les récipients pour aliments en polystyrène expansé, c'est-à-dire les récipients, tels que les boîtes, utilisés pour contenir des aliments qui sont notamment destinés à être consommés immédiatement, soit sur place, soit à emporter, les récipients pour boissons en polystyrène expansé, y compris leurs bouchons et couvercles.

Enfin, certains produits en plastique à usage unique seront soumis à une obligation d'information du consommateur: serviettes hygiéniques, tampons et applicateurs de tampons, lingettes humides, c'est-à-dire lingettes pré-imbibées pour usages corporels et domestiques; produits du tabac avec filtres et filtres commercialisés pour être utilisés en combinaison avec des produits du tabac et les gobelets. Ils devront porter, lors de leur mise sur le marché, un marquage visible informant les consommateurs sur la présence de plastique dans le produit et les effets nocifs sur l'environnement. "L'interdiction du plastique à usage unique est un pas important dans la résolution du problème des plastiques qui s'accumulent dans l'environnement et dans nos océans. Outre la prévention et la réduction de l'incidence de certains produits à usage unique, il est essentiel également de promouvoir les produits réutilisables et la transition vers une économie circulaire avec des modèles commerciaux, des produits et des matériaux innovants et durables", a souligné la ministre Ecolo.