Société Un Belge sur cinq estime son partenaire stressant durant un chantier.

Alors que le 60e salon Batibouw ouvre officiellement ses portes ce jeudi pour les professionnels - il faudra attendre samedi pour les particuliers - certains veulent profiter de l’occasion pour récolter un maximum d’informations et signer d’éventuels contrats dans le cadre de chantiers de construction ou de rénovation.

Car le Belge a une brique dans le ventre et ne craint pas d’entamer des travaux d’envergure pour avoir la maison de ses rêves. Un rêve qui peut rapidement tourner au cauchemar : en Belgique, plus de la moitié des gens ayant récemment mené un chantier de construction ou de rénovation auraient connu une période de stress, dont les principales causes sont le budget, les circonstances inattendues et les délais à respecter, selon une étude menée auprès d’un panel de 1 050 personnes.

(...)