Contrairement à ce qu’on prétendait, ce ne sont pas les pets de vaches qui créent un surplus de méthane mais bien les renvois.

Les vaches broutent l’herbe et ruminent, c’est assez connu. En ruminant, les bovidés font fermenter l’herbe dans leurs estomacs (au nombre de trois). Cette fermentation naturelle produit du méthane. Ce gaz polluant, elles le dégagent lorsqu’elles rotent. Contrairement à la croyance populaire, ce sont les éructations, et non les flatulences, qui sont à l’origine de cette production de méthane, ce gaz à effet de serre tant décrié pour son impact sur le réchauffement climatique.

La fermentation intestinale produit d’ailleurs plus de 50 % des gaz à effets de serre d’un élevage, loin devant les déjections, ou la consommation d’énergie des exploitations.

Aujourd’hui, les scientifiques n’ont trouvé aucun moyen de remédier à cela. À moins de greffer des estomacs de kangourou aux vaches. Car le kangourou est l’un des rares ruminants qui ne produit pas de méthane lors de sa digestion. Et ce par l’action d’une petite bactérie qu’ils ne partagent pas avec les autres espèces.

Plus sérieusement , la lutte contre cette pollution inhérente à notre mode de production viandeuse se développe. Par exemple, une association française explique qu’un régime à base de lin et de luzerne réduit de 15 % les émissions polluantes de nos amies les vaches.

"On peut déjà travailler sur le nombre d’animaux. Cela passe soit par une intensification de la production par vache en passant par exemple de 5.000 litres de lait par an et par vache aujourd’hui, à 7.500. On peut aussi envoyer à la réforme (NdlR: l’abattoir) toutes celles qui ne produisent plus ou pas assez", explique Jean-Baptiste Dollé, responsable des questions environnement à l’Institut de l’élevage français (Idele).

Voilà qui n’est pas une bonne nouvelle pour les sociétés qui avaient lancé leur sac à dos servant à récupérer le méthane dégazé par Marguerite et ses congénères.

Il sera donc difficile de boucher l’autre orifice afin d’augmenter les performances du sac à dos.