Certains constructeurs sont très inquiets face aux quotas C02 de 2020 que beaucoup ne pourront respecter.

Le grand public n’est pas vraiment conscient du véritable casse-tête que vivent la plupart des constructeurs alors que l’échéance 2020 se rapproche à grand pas..

Dès l’an prochain, les constructeurs devront afficher pour leurs flottes de voitures neuves vendues en Europe des émissions moyennes de CO2 inférieures à 95 grammes par kilomètre. Si cette moyenne est excédentaire, les marques "en infraction" devront s’acquitter d’une amende de 95 € pour chaque gramme excédentaire… multiplié par le nombre de voitures vendues dans l’Union Européenne !

Pour certains constructeurs n’ayant pas anticipé cette limite CO2, on parle ainsi de 500 millions à un milliard d’euros d’amendes ! Et cela ne ferait que commencer puisqu’une réduction supplémentaire de 37,5 % des émissions de CO2 s’appliquera à l’horizon 2030 avec un objectif intermédiaire de - 15 % en 2025.

Mis à part Toyota, qui a depuis longtemps misé sur la technologie hybride, presque tout le monde tremble dans le secteur, à commencer par la plupart des marques premium. Les options ne sont guère nombreuses. Pas mal de motorisations devront disparaître, quand il ne s’agira pas carrément de supprimer un modèle. Mais surtout, il faudra pousser à l’extrême la vente de voitures électriques et hybrides. On estime, de manière générale, que les constructeurs avaient investi, ces huit dernières années, quelque 25 milliards dans les technologies (plus) vertes, mais qu’il en faudra dix fois plus dans les huit à venir…

Du coup, la pression est mise aussi sur les concessionnaires… Selon le magazine allemand Autohaus, Opel aurait déjà demandé (imposé ?) un quota de véhicules électriques à vendre à ses concessionnaires européens. Chacun d’eux serait tenu d’atteindre 8 % de son objectif mensuel avec des véhicules électriques (environ 3 % de Corsa-e et 5 % de Grandland X Hybrid4). "Si la concession ne répond pas à ces exigences, il n’y aura pas de bonus de qualité", indique le média allemand. Certains vont jouer leur survie. Mais il est clair, par contre, que pour les consommateurs, il y aura quelques bonnes affaires à réaliser !