Louis, notre nouveau doyen!

Société

Anne-France Somers

Publié le

Louis, notre nouveau doyen!
© DR
Jamais un homme n'avait atteint l'âge de 110 ans en Belgique

HOUYET Il en faut du souffle pour éteindre 110 bougies! Né à Petite Hour le 10 octobre 1893, Louis Marion fête aujourd'hui, en présence de la bourgmestre de Houyet Marie-Claude Lahaye-Absil et du gouverneur de la province de Namur Amand Dalem, cet âge jamais atteint en Belgique par un homme. Ironie du sort, Anne-Marie Adam, son aînée de 10 mois, s'est éteinte doucement hier à Jette.

Comment va le doyen des Belges? Bien, merci, moins disert que l'an passé, mais son beau regard gris-bleu est toujours vif.

Il porte fièrement ses moustaches et sirote au quotidien son petit verre de pineau ou de vin en bourrant sa pipe. Son hobby préféré? Les journaux télévisés du soir qu'il ne raterait pour rien au monde.

Les travaux des champs, ce furent toute sa vie. Père de huit enfants, travailleur passionné, plutôt meneur dans l'âme, il a milité au sein d'organismes agricoles. Aujourd'hui, encore, il suit de près le cycle des semailles et des moissons. Son optimisme n'est pas entamé, même si les crises agricoles lui ont mis le coeur en berne. «Il faut bien suivre l'évolution», pense-t-il.

Le secret de sa longévité? Une constitution physique hors du commun: «A plus de 80 ans, il fut brûlé au 3e degré lors d'un feu de broussailles; les médecins nous ont appelés, étonnés de l'état exceptionnel de ses artères», se souvient Malou, sa fille. C'est aussi à coup sûr le bonheur de vivre auprès des siens dans l'exploitation agricole familiale. «Jamais il n'aurait imaginé être placé dans un home, lui qui s'était occupé de sa maman, devenue veuve dans la tourmente de la Première Guerre mondiale», dit Malou. C'est encore cette façon qu'il a de dribbler les siècles, avec philosophie. Louis n'a pas vraiment le trac quand il parle de lui-même: «110 ans? C'est beaucoup trop! Je ne suis quand même pas éternel!» Allez savoir? Enfin, c'est peut-être parce qu'il ne s'est jamais installé dans la vie que Louis est comme il est. Parce que les chagrins n'ont sur lui qu'un impact ponctuel. «En 1975, lors de l'incendie de la ferme, il nous a dit: ça ne sert à rien de se lamenter, on recommencera! »

© La Dernière Heure 2003

Newsletter DH Actu

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info