Société Employé à la Monnaie Royale, ce Belge a réalisé la face commune des nouvelles pièces. Cela valait un face-à-face

BRUXELLES Pour quelque 300 millions d'Européens, la monnaie européenne deviendra concrète le 1er janvier 2002, quand ils pourront enfin toucher les nouvelles pièces et les nouveaux billets. Pour tous les Européens, sauf pour Luc Luycx
Car cet employé de la Monnaie Royale de Belgique a déjà pu toucher les huit pièces en euro. Il a même fait mieux que ça. Il les a palpées, contemplées, pesées, caressées les yeux fermés, testées à la lumière et examinées dans le moindre détail. Mais surtout, il en a rêvé. Depuis 1996, pour être précis
`Cette année-là, j'ai reçu un courrier m'informant que l'Union européenne organisait un concours pour dessiner la face commune des huit pièces en euro. Je suis informaticien de formation, mais je dessine à mes heures perdues. Je me suis lancé dans cette aventure sans trop y croire.´
Pour les pièces en euro, huit valeurs unitaires ont été prévues: 1, 2, 5, 10, 20 et 50 cents et 1 et 2 . Une face de ces pièces comportera des signes nationaux distinctifs. L'autre sera commune à tous les pays. Bien évidemment, il sera possible d'utiliser les pièces dans tous les Etats membres, quelle que soit la face nationale.
`L'Union européenne a donné un cahier des charges assez précis à tous les candidats. Nous étions plusieurs centaines à travailler sur ce projet sans se connaître et sans avoir le moindre contact. On avait le choix entre trois thèmes: les personnages célèbres, l'architecture ou les objectifs européens. Par souci de neutralité, j'ai choisi les objectifs européens.´
Commence alors un long travail solitaire. `J'ai bossé chaque soir à la maison sur ces dessins pour être dans les délais. J'ai dû envoyer mon projet à un notaire et réaliser à mes frais des plâtres pour que le jury puisse voir les pièces en relief. En 97, j'ai appris que je faisais partie des neuf derniers candidats. Et puis, un week-end, on m'a demandé de me rendre à Amsterdam pour le sommet européen. En voiture, j'ai appris que j'étais le seul candidat à être invité. J'avais compris´
Pourquoi son projet a-t-il été choisi? `Le jury était pléthorique. Il comprenait 2.000 personnes, des experts, des consommateurs, des commerçants, des personnes malvoyantes. Je crois qu'elles ont apprécié la simplicité de mes pièces. La valeur nominale et son caractère sont facilement lisibles. Chaque pièce possède une tranche différente pour mieux les reconnaître. La symbolique est aussi très importante. On voit les 12 étoiles représentant les pays européens et la carte de l'Europe. J'ai vu d'autres projets, bien plus ambitieux, mais ils correspondaient davantage au travail qu'on réalise pour une médaille, pas pour une pièce de monnaie qui doit être avant tout pratique.´
Luc Luycx a ensuite peaufiné certains détails. `L'Espagne m'a demandé de rajouter les Canaries. Puis c'est l'Angleterre qui voulait que je mette une autre île.´
Maintenant que les pièces sont frappées, Luc Luycx a retrouvé son travail d'informaticien à la Monnaie Royale. Seuls changements: le mur du bureau où il a scotché ses dessins et son téléphone qui sonne plus souvent...