Elle a organisé un bal masqué pour ses 38 ans de mariage

Depuis les mesures restrictives liées au confinement, décrétées il y a un peu plus de deux semaines, plus aucun événement récréatif réunissant plusieurs personnes en dehors de la famille directe ne peut être organisé. De nombreux concerts, matches de foot, concours de pêche et autres carnavals ont été annulés. Il faut dire que les sanctions peuvent être particulièrement lourdes, chiffrant parfois à plusieurs milliers d’euros.

Malheureusement, de nombreuses lockdown parties sont toujours organisées chez des particuliers. Et les personnes qui se doivent de montrer l’exemple sont parfois aussi celles qui transgressent le plus aisément les règles. Jeudi dernier, la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block se fendait d’une publication Facebook dans laquelle elle disait regretter de ne pas pouvoir faire la fête à l’occasion des 38 ans de mariage avec son époux Luc.

© facebook

Il y avait en réalité anguille sous roche : la ministre Open-VLD avait en réalité planifié une célébration surprise pour son mari. Et avait réuni une petite centaine de personnes au sein du Sea Life de Blankenberge, en sollicitant une dérogation auprès de la bourgmestre locale qu’elle côtoie à la Chambre depuis 2010. Le thème de la soirée : le bal masqué. Tous les participants devaient venir porteurs de masques. “Certains ont opté pour des masques de super-héros comme Aquaman ou de Casa de Papel, confie Eric Visboer, l’un des participants à la fête. D’autres ont mis le paquet en arrivant avec des masques de chirurgiens FFP2. Je ne sais pas comment ils ont fait, c’est introuvable à moins de sortir des millions d’euros !”

Au menu de la soirée, un buffet froid composé essentiellement de produits de la mer : saumon fumé, huîtres, merlan. “C’était assez étrange de manger tout ça devant les dizaines de poissons qui nous entouraient, admet Ray Manta, l’un des fêtards. Et assez beauf aussi. Imaginez-vous que le DJ a passé les Sardines de Patrick Sébastien. C’est vrai qu’on était serré au centre de cet aquarium mais quand même…. Et puis les guirlandes, faites à base de rouleaux de papier toilettes étaient d’un total mauvais goût.”

Mais la fête n’a pas duré très longtemps : alertée par des voisins, la police a été envoyée sur place. Et c’est l’inspecteur Bertrand Caroy, plus habitué des queues-de-poisson en Hainaut, qui est venu en personne interpeller la ministre, encore fraîche comme un gardon. “Elle a directement compris qu’elle avait fait une grosse erreur, confie le policier. Elle est restée muette comme une carpe, à me regarder avec ses yeux de merlan frit et a ensuite voulu noyer le poisson. Mais on ne me la fait pas, à moi !”

La ministre a été verbalisée. “Et ça lui coûtera quelques grains de caviars, termine l’inspecteur. Je pensais qu’aucun ministre ne pourrait faire ça. À part peut-être Miss Maggie. J’avais raison, malheureusement.”

Note de la rédaction : vous l'aviez sans doute deviné, chers lecteurs, à la vue de la date du jour (1er avril) et des nombreux indices grossiers volontairement glissés dans notre texte totalement fictif, il s'agit bien entendu d'un poisson d'avril ! Si la période est compliquée pour tout le monde, nous n'avons pas voulu renoncer à cette petite tradition historique. Parce que la vie continue, même dans la difficulté, même si elle a changé. Nous vous souhaitons une excellente journée, prenez soin de vous, prenez soin des autres.