Mais où est la caissière?

Société

Aurélie Pairon

Publié le

Mais où est la caissière?
© Demoulin
Petite révolution dans un Super GB: quatre caisses totalement automatisées

BRUXELLES Lorsqu'on veut payer ses achats, on se rend habituellement à la caisse où une personne scanne nos articles. Mais au Super GB Cours St-Michel, à Etterbeek, une nouvelle méthode existe. Depuis le 8 septembre, des caisses sans caissières ont été installées à côté des caisses classiques.

Après un instant d'étonnement, le client découvre une machine qui lui permet de tout faire seul. Tout d'abord, il choisit sur un écran tactile une langue parmi le français, le néerlandais, l'anglais et l'allemand. Et là, surprise, ce drôle d'automate énonce les étapes à suivre pour scanner les articles. L'utilisateur passe le produit sur le tapis roulant où il est reconnu grâce à son code barre. Pour payer, il peut utiliser sa carte de banque ou de l'argent liquide. Dans ce dernier cas, le self scanner rend même la monnaie. Il ne reste alors plus qu'à emballer ses courses.

Mais que les néophytes ne s'inquiètent pas, une vraie caissière aide à la moindre difficulté. Celle-ci doit d'ailleurs toujours être présente pour effectuer certaines opérations, comme l'explique le directeur du GB, André Patrice: «Les réductions ou la carte visa nécessitent une aide extérieure. Mais pour le reste, la voix automatisée suffit amplement».

Pour éviter les fraudes, un système ingénieux a été instauré. Le code barre de chaque article réfère à un prix, mais aussi à un poids et à un volume. Impossible donc de scanner une bouteille de lait et de partir avec six bouteilles ou avec du vin.

Les premiers utilisateurs apprécient le procédé qu'ils trouvent pratique et surtout rapide. Mais uniquement pour de petites courses, car scanner et emballer ses achats prend plus de temps que de recourir aux caisses traditionnelles où le client peut ranger ses paquets pendant que la caissière pointe les autres.

Arianne, une cliente, formule pourtant un reproche: «Malheureusement, il existe un risque que des employées se retrouvent au chômage puisque des caisses ont été enlevées pour y disposer ces self scanners. Voilà où va la société à vouloir gagner du temps!».

Ce à quoi André Patrice répond: «Les caisses ont simplement été déplacées et une employée s'occupe des caisses automatisées. Le but est le gain de temps, non la réduction d'emploi».

Unique en Belgique, ce test se déroulera jusqu'à la fin de l'année avant d'en tirer les conclusions.

© La Dernière Heure 2004

Newsletter DH Actu

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info